LA PUNITION DE MOISE

 

Par idumea

 

Dans Nombres 20:8-12 le Seigneur s’adresse à  Moïse disant : « Prends le bâton et assemble la communauté, toi et ton frère Aaron. Vous parlerez sous leurs yeux au rocher, et il donnera ses eaux ; tu feras sortir pour eux de l'eau du rocher et tu abreuveras la communauté et le bétail... »

 

Moïse et Aaron obéissent au Seigneur et convoquent l'assemblée face au rocher. Ensuite Moïse leur dit : « Écoutez donc, rebelles ! Est-ce de ce rocher que nous ferons sortir de l'eau ? Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec son bâton. Il sortit de l'eau en abondance. La communauté but, et le bétail aussi. Alors, l'Éternel dit à Moïse et à Aaron : parce que vous n'avez pas cru en moi... vous ne ferez pas entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne. »

 

La punition infligée à Moïse et Aaron vient du fait qu'au lieu de parler au rocher pour qu'il donne de l'eau, comme le Seigneur leur avait commandé, ils le frappèrent avec le fameux bâton. Mais pourquoi avoir frappé ce rocher au lieu de lui parle r? Le Seigneur affirme : « Parce que vous n'avez pas cru en moi. » Moïse aurait-il préféré frapper le rocher plutôt que de lui parler parce qu'il ne comprenait pas ce que le Seigneur lui demandait ? Parce qu'il avait peur que des mots ne soient pas suffisants ? Pour donner un air plus théâtral à l'acte ? Là n'est pas la question. Moïse fut tout simplement puni parce que, ne croyant pas suffisamment aux paroles du Seigneur, il désobéit, sans comprendre les conséquences de sa désobéissance. Il savait que « le coup du bâton » marchait. Il l'avait déjà fait au rocher d'Horeb (Exode 17:5-6 : «  ...prends aussi dans ta main ton bâton, avec lequel tu as frappé le Nil, et tu t'avanceras. Me voici, je me tiens là devant toi, sur le rocher en Horeb, tu frapperas le rocher, il en sortira de l'eau, et le peuple boira... » Alors pourquoi ne pas recommencer ? Et pourquoi, si le Seigneur lui avait déjà commandé de frapper le rocher d'Horeb, était-ce si grave de frapper à nouveau un rocher à Meriba?...

 

Pour comprendre la gravité de l'acte, nous avons besoin de l'Ancien Testament, du Nouveau Testament et du Livre de Mormon (« ...un fait ne pourra s'établir que sur la déposition de deux ou trois témoins... » Deut. 19:15).

 

Les questions clés qu'il faut se poser sont :

 

1. Que s'est-il réellement passé au rocher de Meriba ?

2. Était-ce une de ces nombreuses similitudes dont l'Ancien Testament est si friand ?

3. Moïse en n'obéissant pas strictement au commandement de Dieu, a-t-il faussé une des prophéties qui était destinée à préparer Israël à la venue du Messie ?

4. Si oui, laquelle ?

 

Le Livre de Mormon nous met sur la voie dans 2 Néphi 25:20 : « Et comme le Seigneur Dieu vit, lui qui a fait sortir Israël de la terre d'Égypte et donna à Moïse... le pouvoir de frapper le rocher et d'en faire jaillir l'eau ; oui, voici je vous le dis, de même que ces choses sont vraies, et que le Seigneur Dieu vit, de même il n'est pas d'autre nom donné sous le ciel si ce n'est ce Jésus-Christ, dont j'ai parlé, par lequel l'homme puisse être sauvé... » Ainsi, il semblerait que le Livre de Mormon comparerait Jésus-Christ au rocher d'Horeb. Hasard, fruit de notre imagination ou réalité ? Nous connaissons tous la maison qui doit être bâtie sur le roc, la pierre sur laquelle le Seigneur bâtira son église... Y aurait-il dans le Nouveau testament une écriture qui compare le Christ au rocher d'Horeb ?

 

Matt. 27:29-30 : « Puis ils s'agenouillèrent devant lui en se moquant et en lui disant : Salut, roi des Juifs ! Et ils prenaient le roseau (un bâton) et le frappaient sur la tête. » (Parenthèses ajoutées).

 

Jean 4:14 : « Mais celui qui boira à l'eau que je lui donnerai, n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai, deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. »

 

Et l’écriture qui relie les deux précédentes : 1 Cor. 10:2-4 : « Ils ont tous été baptisés en Moïse... ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était le Christ... »

 

Le puzzle est presque complet. Une fois de plus, par des gestes simples, le Christ voulait préparer Israël à sa future venue. Il voulait l'aider à se préparer à ce difficile passage de la dure loi mosaïque (je frappe le rocher de Meriba avec un bâton pour obtenir de l'eau éternelle) à la loi d'amour du Nouveau Testament (je demande avec un cœur brisé et un esprit contrit au rocher d’Horeb pour avoir de cette même eau).

 

Alors Matt. 7:7 prend toute sa signification : « Demandez et l'on vous donnera... »

 

Malheureusement, par désobéissance, négligence ou manque de foi, ce magnifique symbole d'évolution dans la relation entre l'Homme et Dieu disparaît parce que les rochers d'Horeb et de Meriba ont tous les deux été frappés.

 

 

 

l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l