LES ANNEAUX QUI RATTACHAIENT ENTRE ELLES LES PLAQUES D’OR

Warren P. Aston
Insights, vol. 26, n° 3, 2006
© FARMS

Les témoins qui ont vu les plaques du Livre de Mormon font tous la même description des anneaux qui rattachaient les plaques en un seul volume. Ils étaient au nombre de trois et étaient apparemment faits du même matériau que les plaques ; si notre attention se porte tout naturellement sur les plaques et sur la traduction du texte qui y est gravé, les anneaux, eux, pourraient bien donner une nouvelle confirmation subtile mais révélatrice de l’origine ancienne du document.

La plupart des personnes dont nous savons qu’elles ont vu les plaques d’or mentionnent les anneaux sans parler de leur forme. Il y a une exception, l’interview de 1878 avec John Whitmer, un des huit témoins du Livre de Mormon. Quand il confirme avoir réellement vu et manipulé les plaques d’or, il dit que les plaques étaient réunies par « trois anneaux qui avaient chacun la forme d’un D dont la ligne droite était tournée vers le centre [1]. »

Ce détail est confirmé par son frère David Whitmer, qui, en 1877, à l’âge de 72 ans, raconte qu’un messager céleste avait accordé à sa mère, Mary Musselman Whitmer, de voir les plaques. Quand il rapporta cet incident, David précisa au reporter que sa mère avait observé la façon dont les plaques étaient attachées. Il dit qu’elles « étaient attachées par des anneaux, comme ça », puis il dessina un anneau en forme de D [2]. Bien entendu, David Whitmer avait lui-même vu les plaques en 1829, puisqu’il était l’un des trois témoins, et il aurait certainement corrigé ou contredit la description de sa mère si elle avait été différente de son expérience personnelle. Mary et David Whitmer sont donc des sources qui précisent la forme des anneaux.

Il y a enfin un récit de 1831 qui corrobore tout cela, dans lequel William E. McLellin répète ce que Hyrum Smith lui a dit : « Les plaques étaient… reliées entre elles par des anneaux ayant la forme de la lettre D, ce qui rendait plus facile l’ouverture ou la fermeture du livre [3]. »

La plupart des gens, aussi bien de nos jours qu’en 1830, auraient tout naturellement supposé que les anneaux avaient une forme circulaire, comme le mot anneau lui-même le suggère. En fait, au fil des années, beaucoup de représentations des plaques d’or les ont montrées reliées par des anneaux circulaires. Ce n’est que grâce au témoignage oculaire de quelques-unes de la poignée de personnes qui ont eu le privilège de voir les plaques que nous savons que les anneaux avaient la forme d’un D. Pourquoi cette forme est-elle importante ? Simplement parce que la forme d’un D assure une stabilité en permettant aux feuilles de s’empiler verticalement le long du côté droit des anneaux. Tout en prenant la même place, l’anneau en forme de D permet de stocker plus de cinquante pour cent de documents de plus qu’un anneau circulaire (et vingt à vingt-cinq pour cent de plus qu’une forme semi-circulaire inclinée). Pour les prophètes du Livre de Mormon qui travaillaient à graver leurs annales sur des plaques de métal, il est clair que la place était un élément important. Les anneaux en forme de D leur offraient le moyen d’assembler un nombre maximum de plaques.

C’est le même principe que celui des classeurs à feuilles volantes que nous utilisons aujourd’hui. Leur histoire est instructive. La première patente pour classeur à feuilles volantes n’a été enregistrée qu’en 1854 et la publicité pour les premiers classeurs à deux anneaux a été faite en 1899. Deux améliorations ont été apportées à la conception de base. Au bout de quelques décennies, l’utilisation de trois anneaux plutôt que deux s’est révélée plus stable et est devenue standard. Mais ces premières conceptions utilisaient des anneaux circulaires ou ovales. Ce n’est qu’au cours des quelques dernières décennies que l’on a pris conscience de la meilleure capacité des anneaux en forme de D et qu’on les a utilisés pour les classeurs à feuilles volantes [4].

Joseph Smith a fait voir des plaques qui étaient fermement attachées par trois anneaux (pas deux ou quatre) construits dans ce que nous savons maintenant être la forme la plus efficace [5]. Il n’aurait pu connaître aucun de ces faits en 1829 d’après ce qui existait dans son entourage ni de personnes qui auraient été plus familiarisées que lui avec les bibliothèques ou le stockage de documents. Il n’aurait pas non plus être informé par les découvertes d’autres documents anciens, puisque à l’époque on n’en connaissait pas qui fussent reliés par des anneaux. Ce n’est peut-être pas une coïncidence que le seul autre document métallique ancien relié par des anneaux que l’on connaisse à ce jour ait aussi des anneaux en forme de D et date des environs de 600 av. J.-C.

Comme c’est le cas des témoignages simples et sans fioritures de ceux qui ont été témoins de la parution du Livre de Mormon, ce nouveau détail tout à fait accessoire sonne vrai.

NOTES

[1] Interview de John Whitmer par P. Wilhelm Poulson, rapportée dan le Deseret News du 6 août 1878.
[2] Interview de David Whitmer par Edward Stevenson, 22-23 décembre 1877, archives du département de généalogie et d’histoire de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.
[3] Rapporté par le Huron Reflector (Norwalk, Ohio), 31 octobre 1831. Voir le traitement par Richard Lloyd Anderson, « Attempts to Redefine the Experiences of the Eight Witnesses », Journal of Book of Mormon Studies, 14/1, 2005, p. 30.
[4] Correspondance électronique avec M. Frankena, conservateur, Early Office Museum, Londres, février 2006.
[5] La taille conséquente que l’on prête aux anneaux correspond aussi à ce que le bon sens exigerait pour tenir un livre dont le poids est estimé à entre vingt et vingt-cinq kilos. Voir Kirk B. Henrichsen, « How Witnesses Described the ‘Gold Plates’ », Jouirnal of Book of Mormon Studies, 10/1, 2001, pp; 16-21.
[6] Six petites plaques d’or déterrées il y a plus de 60 ans en Bulgarie comportent des anneaux en forme de D et ont été datées comme étant des environs de 600 av. J.-C. Voir le compte-rendu « Etruscan Gold Book from about 600 B.C. Discovered » et la photo dans Insights 23/5, 2993, pp. 1, 6. Un livre en or provenant de Téhéran, d’une date apparemment ancienne, mais dont l’authenticité est incertaine est constituée de huit feuilles d’or reliées par quatre petits anneaux de forme indéterminée (à ce jour les efforts pour déterminer la forme des anneaux ont été vains). Voir le compte rendu et la photo dans « Another Gold Book Found », Journal of Book of Mormon Studies 14/2, 2005, p. 65.. D’un point de vue archéologique, ce qui ressemble le plus aux plaques du Livre de Mormon, ce sont les plaques de Darius II, datant de la Perse du 4e siècle av. J.-C., qui se trouvaient dans un coffre de pierre quand elles ont été découvertes en 1933. La taille et la composition des feuilles de métal, ainsi que le coffre de pierre, correspondent de près aux annales du Livre de Mormon, mais les plaques gravées de Darius n’étaient pas attachées entre elles par des anneaux.


l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l