Chronologie approximative de la traduction du Livre de Mormon
par Elden J. Watson
© 1999 Elden J. Watson

Introduction

L’élaboration de la chronologie approximative de la traduction du Livre de Mormon a été un sujet de recherches intéressant. C'est une tentative d’attribuer au moins une date approximative à chacun des événements qui ont été notés à partir du moment où Joseph Smith a reçu les plaques du Livre de Mormon jusqu'à celui où la traduction a été terminée. Je tiens à assurer aux sceptiques que j'ai trouvé l'histoire de Joseph Smith très fiable. Il y a suffisamment de temps pour laisser de la place à tous les événements rapportés et, dans certains cas, juste assez de temps. Les sources extérieures confirment l'histoire de base en fournissant des renseignements et des détails supplémentaires.

Événements de l'histoire de l’Église déterminés avec plus de précision

Je me suis efforcé d’estimer au mieux la date à laquelle s’est produit chacun des événements décrits, dont beaucoup n’ont été notés que par bribes et par morceaux par ceux qui ont participé à ces événements. Il est instructif de pouvoir mettre une date raisonnable et approximative sur les nombreux événements rapportés dans l'histoire de l’Église. Par exemple, à peu de chose près :
Vol de 116 pages de manuscrit devient Vol de 116 pages de manuscrit le mercredi 9 juillet 1828
D&A 3, reçu en juillet 1828 devient D&A 3, reçu le mercredi 16 juillet 1828
D&A 4, reçu en février 1829 devient D&A 4, reçu le mercredi 4 février 1829
D&A 10, reçu pendant l’été de 1828 devient D&A 10:1-5 reçus le lundi 22 septembre 1828
D&A 10:6-70 reçus le mercredi 27 mai 1829
Visite au Dr. C. Anthon, hiver 1828-1829 devient Visite au Dr. C. Anthon le lundi 25 février 1829

Il a été possible de déterminer avec plus de précision la date de presque tous les événements qui se sont produits entre septembre 1827 et juin 1829 qui ne sont pas expressément datés dans l'histoire de l’Église.

Les petites plaques de Néphi : traduites en premier lieu ou en dernier lieu ?

Depuis des années il y a eu deux théories distinctes en ce qui concerne l'ordre suivi dans la traduction du Livre de Mormon. La première, la théorie des « petites plaques d'abord », part de l’idée qu'après la perte des 116 pages de manuscrit, Joseph Smith et Oliver Cowdery ont repris au début et ont traduit les petites plaques de Néphi avant de continuer la traduction du reste du Livre de Mormon.

La deuxième, la théorie des « petites plaques après », part de l’idée qu'après la perte des 116 pages, Joseph Smith et Oliver Cowdery ont continué la traduction du Livre de Mormon dans l'ordre, ne traduisant les petites plaques de Néphi qu’une fois le reste de la traduction du Livre de Mormon terminé.

La présente étude est en faveur de la théorie des « petites plaques après » pour les raisons suivantes :

1.    Après la perte des 116 pages, la révélation commande à Joseph Smith : « Continue de manière à terminer le reste du travail de traduction que tu as commencé » [D&A 10:3] : Il ne lui est pas commandé de recommencer au début en traduisant cette fois à partir de l'autre jeu de plaques.

2.    Les premières transcriptions de la traduction des petites plaques de Néphi existent encore et commencent par 1 Néphi 1, et c’est l’écriture d'Oliver Cowdery. Si les petites plaques de Néphi avaient été traduites avant le reste du Livre de Mormon, rien du tout n’aurait été traduit entre la perte des 116 pages et l'arrivée d'Oliver Cowdery le 5 avril 1828. Ceci contredit directement la parole du Seigneur dans D&A 5:30 où il dit : « … je te le dis, Joseph, lorsque tu auras encore traduit quelques pages, tu t'arrêteras pendant un certain temps jusqu'à ce que je te donne un nouveau commandement; alors tu pourras traduire de nouveau. » Cette déclaration indique clairement que Joseph avait repris la traduction avant l'arrivée d'Oliver Cowdery. Cette reprise de la traduction est également rapportée dans le récit de Lucy Smith.

3.    Les quelques premières pages de la traduction des petites plaques de Néphi existent et la première page est de la main d'Oliver Cowdery. Cependant, après un jour seulement, l'écriture change et ce sont deux secrétaires différents qui écrivent pendant au moins les quatre jours suivants de la traduction avant que l'écriture d'Oliver Cowdery ne revienne. L'écriture inconnue n'est pas celle d'Emma ni celle de Samuel Smith, qui sont les deux seuls autres intéressés qui auraient pu raisonnablement être présents quand la traduction a repris après la perte des 116 pages. Il semble peu probable qu’après tous ses efforts et toute son ardeur à devenir secrétaire de Joseph Smith, Oliver ait abandonné la plume à deux personnes différentes pendant un total de quatre jours, après n’avoir lui-même écrit que pendant un jour. Il est beaucoup plus raisonnable d'affecter la traduction de 1 Néphi 1 à la tranche de temps où Joseph et Oliver venaient d’arriver à la ferme des Whitmer, après avoir déjà écrit quelque 300 pages de manuscrit.

4.    Une chose qui, à mes yeux, étaie la théorie des petites plaques après, est la corrélation entre D&A 6 et Alma 37 qui fournit une explication plausible au désir d'Oliver de traduire à ce moment-là. Bien que pareille correspondance ne soit pas nécessaire, je n'ai pu trouver aucune corrélation de ce genre dans la théorie des petites plaques d’abord.

5.    Un autre argument est le fait qu'il y a une corrélation entre D&A 7 et Alma 45:18-19, qui pourrait aisément expliquer pourquoi Joseph et Oliver parlaient d’êtres enlevés au ciel. Je n'ai trouvé aucune corrélation de temps valable qui viennent à l’appui de l’autre théorie.

6.    Ensuite, il y a le fait d’une corrélation forte entre 3 Néphi 27:19-20 et le rétablissement de la Prêtrise d'Aaron décrit dans D&A 13. La théorie des petites plaques d’abord situerait le rétablissement de la Prêtrise d'Aaron pendant la traduction des derniers chapitres d'Alma, dans lesquels je ne vois rien qui puisse y inciter.

7.    Une autre chose encore qui, à mes yeux, vient à l’appui de la théorie des petites plaques après, c’est qu'il y a plusieurs points de corrélation dans la formulation entre Moroni 10 et D&A 11 qui peuvent indiquer une correspondance de temps entre ces deux écrits. Mieux encore, il y a le fait que l’ordre des événements, tel que le rapporte Joseph Smith dans la History of the Church, situe le rétablissement de la Prêtrise d'Aaron (D&A 13) avant la révélation de D&A 11 à Hyrum Smith.

8.    Je trouve enfin qu'il y a, en faveur de la théorie des petites plaques après, une association raisonnable entre la traduction de 2 Néphi 2 et D&A 14, 15 et 16 pour lesquels une ressemblance peut exister dans la théorie des petites plaques d’abord, mais j'ai n’ai pas pu l'identifier. Dans la théorie des petites plaques d’abord, D&A 14, 15 et 16 devraient correspondre dans le temps à la traduction de 3 Néphi.

Les trois témoins – prescience du péché

Je trouve intéressant que dans la théorie des petites plaques après, 2 Néphi 27:12-13 révèle le besoin de trois témoins pour le Livre de Mormon dans les cinq jours suivant la fin de la traduction, tandis que dans la théorie des petites plaques d’abord, Éther 5:1-5 révèle le besoin de trois témoins pour les plaques qui sont en cours de traduction dans les cinq jours de l'achèvement de la traduction. Il est tout à fait possible que le Seigneur ait pris des dispositions pour deux scénarios, un dans lequel les 116 pages seraient perdues et un autre dans lequel elles ne le seraient pas, laissant ainsi à quelqu'un, peut-être la personne qui a volé les pages manuscrites, un certain libre arbitre personnel dans ce qu’il allait faire. Une explication possible est que le succès du plan de Seigneur doit nécessairement être indépendant de la prescience qu’une certaine personne va commettre un certain péché. Ceci devrait permettre que le pécheur soit dûment jugé et ne puisse prétendre qu’il fallait qu’il commette le péché sinon le plan du Seigneur aurait échoué. C'est un concept philosophique intéressant qui demande à être examiné plus en détail.

Rythme de traduction du Livre de Mormon

Diverses approximations ont été faites concernant le rythme de traduction du Livre de Mormon. Les estimations les plus courantes sont 7 à 7,5 pages par jour. J'ai exclu la traduction du livre de Mosiah de la partie des plaques que l’on suppose avoir été traduite par Joseph Smith avec Oliver Cowdery comme secrétaire, étant donné qu’il me semble probable que Mosiah avait déjà été traduit avant l'arrivée d'Oliver. Ceci réduit le volume de texte qui a été traduit pendant la période de traduction d'approximativement 80 jours et ramène raisonnablement le rythme de traduction à environ 6.5 pages par jour.

J'espère que la chronologie vous plaira.

Chronologie approximative de la traduction du Livre de Mormon

Dans le tableau chronologique qui suit, tous les dimanches sont inclus, même ceux où il n’y a rien à signaler. Les autres jours de la semaine ne sont inclus que quand il y a une raison quelconque de le faire. Je me suis efforcé d'exclure des notes ce qui ne permet pas une meilleure compréhension du timing des événements discutés.

J'ai essayé, dans les notes détaillées qui suivent la chronologie, d’expliquer les raisons qui sous-tendent chacune de mes suppositions. Les dates données ci-dessous sont pour la plupart des approximations (identifiées par le symbole ~) et ne sont parfois rien d’autre que la meilleure conjecture possible. Beaucoup de séquences d’événements doivent cependant répondre à des contraintes rigoureuses qui réduisent les dates possibles à une affaire de quelques jours.

Dimanche 2 septembre 1827

Dimanche 9 septembre 1827

Dimanche 16 septembre 1827
Jeudi 20 septembre 1827, Manchester    Arrivée de Joseph Knight et de Josiah Stowell.

Lucy Smith précise cette date :

« Le 20 septembre, M. Knight est venu avec son ami, M. Stowell, pour voir comment nous nous en tirions avec M. Stoddard et compagnie. » [REH 137 ; voir EMD 1:326]

Joseph Knight écrit qu'il a arrangé ses affaires afin d'être à Palmyra vers le 22 septembre :

« Je suis allé à Rochester pour affaires et suis retourné par Palmyra pour être là vers le 22 septembre. J’y suis resté plusieurs jours. » [JKR 32]

Samedi 22 septembre 1827, Manchester,    J Smith reçoit les plaques, les cache dans un tronc de bouleau.

Joseph et Lucy Smith fournissent tous deux cette date.

Joseph Smith :
« Le vingt-deuxième jour de septembre mille huit cent vingt-sept, je me rendis, comme d'habitude, à la fin d'une nouvelle année, au lieu où ils étaient déposés, et le même messager céleste me les remit avec cette consigne: que j'en serais responsable. » [PJS 1:283 ; voir HC 1:17]

Lucy Smith :
« Le soir du vingt et un, je suis restée debout très tard, ayant du travail urgent à faire et je ne me suis mise au lit qu’après minuit. Vers minuit, Joseph est venu me trouver et m’a demandé si j'avais un coffre avec une serrure et une clef… »
« Peu de temps après, la femme de Joseph a traversé la pièce avec son bonnet et sa robe de voyage ; et au bout de quelques minutes ils sont partis ensemble en prenant le cheval et le chariot de M. Knight. » [REH 137 ; voir EMD 326]

Katharine Smith Salisbury, sœur cadette de Joseph Smith, ajoute l'information que Joseph devait rencontrer l'ange à Cumorah à deux heures du matin pour recevoir les plaques.

« Je me rappelle bien les épreuves que mon frère a eues avant d’obtenir les annales. Après avoir eu la vision, il allait fréquemment à la colline et, à son retour, nous disait : ‘J'ai vu les annales, aussi les plaques d'airain et l'épée de Laban avec le pectoral et les interprètes.’ Il demandait à papa pourquoi il ne pouvait pas les recevoir ? Le moment n'était pas encore venu, mais quand il est arrivé, il lui a été commandé d'aller le 22e jour de septembre 1827 à 2 heures. » [EMD 1:521]

Dimanche 23 septembre 1827, Macedon    J Smith est engagé pour travailler à un puits à Macedon.

Lucy Smith dit que c’était le lendemain du jour où Joseph avait reçu les plaques.

« Le jour suivant, M. Warner est venu de Macedon et lui a demandé de l’accompagner chez une veuve de Macedon. La veuve, qui s’appelait Wells, voulait que l’on monte une paroi dans un puits et elle donnerait de l'argent à Joseph pour le travail. » [REH 140; voir EMD 1:329-330]

~Mercredi 26 septembre 1827, Manchester    J Smith rentre chez lui et récupère les plaques.

Cette date est estimée sur la base du récit de Lucy qui relate une suite d’événements dans laquelle un des voisins commence à poser des tas de questions sur les plaques après que Joseph est parti « peu de temps seulement ». Le lendemain matin, le père de Joseph se rend chez un voisin et entend qu’un groupe d’hommes complote pour subtiliser les plaques à Joseph. L’un des hommes présents est un enchanteur que l’on a fait venir pour découvrir par la magie l’endroit où les plaques se trouvent. Cet enchanteur a fait 100 kilomètres pour être là, ce qui lui a pris toute la nuit et la dernière partie de la veille. Quelqu'un a dû faire un voyage semblable pour lui demander de venir. Ce groupe n’aurait pas pu se réunir plus tôt que trois jours après que le bruit a couru (ou que l’on s’est douté) que Joseph avait les plaques, plus vraisemblablement quatre jours. Si le voyage avait été projeté avant que Joseph ne reçoive les plaques, les déplacements précipités n’auraient pas été nécessaires.

Une fois Joseph Smith, père, rentré chez lui, Emma va à cheval à Macedon pour avertir Joseph de ce qui se passe. Lucy mentionne qu'Emma a traversé le village de Palmyra, ce qui veut dire que la maison de la veuve chez qui Joseph travaille est à au moins sept à huit kilomètres de la ferme des Smith, dans la direction opposée de Cumorah. Joseph dit à la veuve Wells qu'il va revenir dès qu’il peut pour finir le travail qu'il a commencé et il retourne avec Emma. Arrivé chez lui, Joseph se met en route à pied pour récupérer les plaques dans le tronc de bouleau près de la colline Cumorah (à environ cinq kilomètres au sud de la ferme des Smith) où il les a cachées. Selon Lucy, Joseph sera accosté à trois reprises pendant qu’il rentre chez lui avec les plaques et il va courir une grande partie du chemin. Une fois que Joseph est rentré chez lui avec les plaques, on va envoyer Don Carlos chercher un coffre chez Hyrum ; Don Carlos trouve Hyrum en train de prendre le thé avec deux des sœurs de sa femme. Le fait qu'ils prennent le thé veut sans doute dire qu'on est probablement au milieu ou à la fin de l’après-midi quand Joseph rapporte les plaques à la maison. [Voir REH 140-145 et EMD 1:331-332]

Dimanche 30 septembre 1827

Lundi 1er octobre 1827, Manchester    Joseph Smith reprend son travail à la ferme de son père.

Selon Lucy :

« Après avoir rapporté les plaques à la maison, Joseph a maintenant commencé à travailler avec son père à la ferme afin d'être aussi près que possible du trésor qui a été confié à ses soins. » [REH 148 ; voir EMD 1:339]

Joseph sera vraisemblablement retourné à Macedon pour finir de travailler au puits de la veuve Wells comme promis. Cela repousse la date du début du travail à la ferme de son père jusqu’aux environs du 1er octobre.

Dimanche 7 octobre 1827

Vendredi 12 octobre 1827, Manchester     Joseph Smith récupère le pectoral.

« Bientôt » après avoir commencé le travail à la ferme de son père, Joseph récupère le pectoral, que Lucy décrit alors. [REH 148 et EMD 1:339]

Il semble probable que Joseph n'aurait pas voulu que le pectoral reste dans sa cachette près de la colline Cumorah plus longtemps que nécessaire. Il semble également probable que les hommes qui essayaient de soustraire les plaques à Joseph ont dû surveiller de près Joseph et ses activités, au moins pendant un moment. J'ai arbitrairement choisi une date située plus de trois semaines après la réception des plaques pour qu’il récupère le pectoral et le rapporte chez lui.

Dimanche 14 octobre 1827
Dimanche 21 octobre 21 1827
Dimanche 28 octobre 28 1827, Manchester    Les plaques et le pectoral sont enterrés sous l’âtre.

Lucy rapporte que « peu de temps » après avoir récupéré le pectoral, Joseph rentra à la maison craignant fort que des émeutiers n’envahissent la maison ce soir-là pour trouver les annales.

« Il a été décidé de démonter une partie de l’âtre, d’enterrer les plaques et le pectoral en dessous et de reposer ensuite l’âtre pour empêcher tout soupçon. » [REH 149 ; EMD 1:341]

L’âtre est à peine remis que les émeutiers arrivent comme prévu. Dans une société agricole, il y a des corvées quotidiennes à faire matin et soir, et toujours beaucoup de travail à faire entre-temps. Le moment le plus opportun pour rassembler un nombre suffisant d'hommes pour que cela devienne une émeute, c’est le dimanche où les travaux quotidiens (sauf les corvées) sont fréquemment suspendus. J'ai choisi ici un dimanche situé approximativement à mi-chemin entre des dates qui peuvent être définies de manière plus indépendante.

Jeudi 1er novembre 1827, Manchester    Les plaques sont cachées sous le plancher de l’atelier du tonnelier.

Selon le récit de Lucy ils n’ont « que quelques jours de repos » avant que Joseph ne pressente le retour des émeutiers [REH 169 ; EMD 1:342] et Joseph Knight raconte qu’un certain M. Beeman a découvert, grâce à une baguette de sourcier, que les plaques sont sous l’âtre [JKR p 34]. Martin Harris donne une autre raison au retrait des plaques de dessous l’âtre.

« On les a alors cachées sous l’âtre dans la maison de son père. Mais comme le mur était partiellement abattu, on craignait que certains, qui essayaient de prendre possession des plaques, creusent sous la maison pour les déterrer. Joseph les a alors sorties et les a cachées sous le vieil atelier du tonnelier, en soulevant une planche, en creusant dans la terre et en les enterrant. » [TM 166-167]

Dimanche 4 novembre 1827, Manchester    Les plaques sont déplacées et mises dans le grenier de l’atelier du tonnelier.

Joseph reçoit plus tard l’avertissement d'enlever les plaques et le pectoral, sur quoi il les enlève du coffre sous le plancher et les met dans du lin dans le grenier de l’atelier. Les émeutiers arrivent « dès la tombée de la nuit » [REH 150 ; EMD 1:342], trouvent le coffre sous le plancher et le mettent en pièces, mais ne réussissent pas à trouver les plaques dans le grenier. J'ai choisi comme date le dimanche suivant l'enterrement des plaques sous l’âtre.

Dimanche 11 novembre 1827
Dimanche 18 novembre 1827
Dimanche 25 novembre 1827, Manchester    Alva Hale arrive pour aider Joseph à aller s’installer à Harmony.

Martin Harris donne les raisons pour lesquelles Joseph décide d’aller vivre en Pennsylvanie.

« L'excitation dans le village sur le sujet était devenue telle que certains avaient menacé de donner une correction à Joseph et aussi de l'enduire de goudron et de plumes. Ils disaient qu'il ne partirait pas sans avoir montré les plaques. Il était dangereux pour lui de rester, j'ai donc décidé qu'il devait aller chez son beau-père en Pennsylvanie. Il a écrit à son beau-frère Alva Hale pour lui demander de venir le chercher. » [TM p170]

Lucy qualifie le temps passé par Alva chez les Smith de « bref intervalle du séjour d'Alva chez nous » [REH 153 ; EMD 1:348], ce qui indiquerait qu'il y est probablement resté moins d'une semaine. J'ai estimé le jour de son arrivée en remontant à partir de la date du départ de Joseph pour Harmony.

Lundi 26 novembre 1827, Manchester    Martin Harris donne $50 en argent à Joseph Smith

C’est pendant « le bref intervalle du séjour d'Alva chez nous » que ce don bien nécessaire est fait à Joseph. Il fallait qu’il soit fait suffisamment longtemps avant le départ de Joseph pour qu'il ait le temps d’aller à gauche et à droite rembourser les dettes qu’il avait accumulées. Lucy Smith et Martin Harris rapportent tous les deux l'incident.

« Pendant le bref intervalle du séjour d'Alva chez nous, Alva et Joseph étaient un jour à Palmyra dans une taverne à régler des affaires avec le propriétaire, quand M. Harris est entré dans la salle. Beaucoup d’inconnus étaient présents. Quand il est entré, il s’est approché de mon fils, lui a donné la main et a dit : « Comment allez-vous, M. Smith ? » Puis, sortant un sac de pièces d'argent de sa poche, il dit : « Tenez, M. Smith, voici cinquante dollars. Je vous les donne pour accomplir l’œuvre du Seigneur. Non, a-t-il dit, je les donne au Seigneur pour son œuvre. » [REH 153 ; EMD 1:348-349]

« J'ai conseillé à Joseph de payer toutes ses dettes avant de partir. Je les ai payées pour lui et je lui ai fourni de l’argent pour son voyage. » [TM p 170]

Samedi 1er décembre 1827, Manchester    Joseph et Emma commencent leur déménagement pour Harmony.

Martin Harris situe le déménagement de Joseph et d'Emma pour Harmony « à la fin d'octobre 1827, peut-être même au 1er novembre » [TM 170]. Toutefois, Joseph Smith se rappelle qu'ils sont arrivés chez le père de sa femme en décembre [JSH 1:62]. Larry C. Porter [OCNY 133] et Donna Hill [JSFM 73] acceptent la date de décembre. La mémoire de Martin Harris a peut-être été un peu meilleure en ce qui concerne le jour de la semaine. Il dit : « Il était prévu qu’ils partent le lundi ; mais ils se sont mis en route le samedi soir et sont passés sans encombre » [TM 170]. Le 1er décembre était un samedi en 1827.

Dimanche 2 décembre 1827 (voyage)
Lundi 3 décembre 1827 (voyage)
Mardi 4 décembre 1827 (voyage)
Mercredi 5 décembre 1827 (voyage)
Jeudi 6 décembre 1827, Harmony    Joseph et Emma arrivent chez Isaac Hale

Le trajet est d’environ 210 kilomètres (les estimations vont de 205 à 250 kilomètres. Donna Hill spécifie 205 kilomètres, un voyage de quatre jours complets pour un chariot attelé [JSFM 73]. Pour l'autre extrême voir HJS 117 n1). Compte tenu du fait qu’ils ont dû prendre tous leurs biens avec eux et qu’Emma est enceinte de deux mois et demi, ce voyage a pu prendre cinq ou même six jours. Puisqu'ils sont partis un samedi soir, ils n’auraient pas pu aller bien loin le premier jour.

Dimanche 9 décembre 1827
Lundi 10 décembre 1827, Harmony    Joseph et Emma s’installent dans la vieille maison de Jesse Hale.

« Ce fut également peu de temps après l'ultimatum de Hale, père, que Joseph Smith et sa femme s’installèrent dans une autre maison, à environ 150 mètres de la résidence d'Isaac Hale. La nouvelle maison des Smith appartenait à Jesse Hale et était construite sur un terrain appartenant à Isaac Hale. » [OCNY 133 ; voir aussi EMD 1:540]

Il semble probable que Joseph a logé chez ses beaux-parents jusqu’à une semaine pendant qu’il prenait ses dispositions pour s’installer dans un logement plus permanent. Il semble aussi qu’ils devaient tenir à être installés dans leur nouvel endroit avant le début de la période des fêtes.

Dimanche 16 décembre 1827
Dimanche 23 décembre 1827

De décembre 1827 à février 1828 JS copie des caractères et en traduit certains
« Grâce à cette aide opportune, je pus atteindre ma destination en Pennsylvanie et immédiatement après mon arrivée, je me mis à copier les caractères des plaques. J’en copiai un nombre considérable et à l’aide de l'urim et du thummim j'en traduisis certains, chose que je fis entre mon arrivée chez le père de ma femme en décembre et le mois de février suivant. » [PJS 1:284 ; HC 1:19]

David E. Sloan a examiné ce que Joseph Smith a pu vouloir dire quand il dit avoir traduit certains des caractères. Il pense que cette « traduction » n’a pas forcément été une partie intelligible du Livre de Mormon. [Voir ATT 72-76] Il semble raisonnable de croire qu'avant de cacher ses annales, Mormon ait mis en préface de son histoire abrégée du peuple néphite quelques notes ou commentaires destinés à aider celui qui les trouverait à comprendre sa façon personnelle d’écrire.

Dimanche 30 décembre 1827
Dimanche 6 janvier 1828
Dimanche 13 janvier 1828
Dimanche 20 janvier 1828
Dimanche 27 janvier 1828

Mardi 29 janvier 1828 Palmyra    Martin Harris quitte Palmyra pour Harmony.

Selon Lucy, il avait été convenu, avant le départ de Joseph Smith de Palmyra, que Martin Harris suivrait dès que Joseph aurait eu assez de temps pour traduire certains des caractères.

« Joseph est parti en décembre pour la Pennsylvanie. Il était convenu que Martin Harris le suivrait dès que Joseph aurait eu le temps de transcrire certains des caractères égyptiens. M. Harris devait alors emporter les caractères dans l'Est et dans le pays dans toutes les directions et en chemin rendre visite à tous ceux qui professaient être linguistes pour leur donner l’occasion de montrer leurs talents pour traduire les caractères. » [REH 154]

Selon l'histoire de 1832 de Joseph Smith, Martin Harris eut une vision personnelle dans laquelle il lui fut dit d’aller à New York avec certains des caractères des plaques et de les montrer aux érudits.

« … Martin Harris, qui était devenu convaincu des visions et m'avait donné cinquante dollars pour couvrir mes dépenses et à cause de sa foi et de son acte de justice [le don de $50] le Seigneur lui apparut en vision et lui montra l’œuvre merveilleuse qu'il était sur le point d'accomplir et il vint immédiatement à Susquehanna et dit que le Seigneur lui avait montré qu'il devait aller à New York avec certains des caractères par conséquent nous nous mîmes à en copier certains et il se mit en route pour les villes de l’Est pour aller trouver les érudits… » [PJS 1:9]

Mercredi 30 janvier 1828 [voyage]
Jeudi 31 janvier 1828 [voyage]
Vendredi 1er février 1828 [voyage]
Samedi 2 février 1828 Harmony    Martin Harris arrive à Harmony pour voir Joseph.
Février 1828 à avril 1828 : Voyage de Martin Harris à New York – le professeur Anthon.

Le calcul du temps pour le voyage de Martin Harris à New York est en grande partie basé sur la distance parcourue et le temps passé à aller à chaque nouvel endroit et à en revenir. Nous savons qu’il est parti de chez lui en février et qu’il a commencé à écrire pour Joseph le 12 avril. On va le voir, le programme est très serré et ne laisse pas beaucoup de temps libre à insérer.

« Martin entreprit ce voyage en février 1828 dans un petit chariot tiré par un attelage de mules, voyageant seul sur des kilomètres de chemins difficilement praticables. L'institut où il se rendit était le précurseur de la Columbia University actuelle. New York était entre sept cents et huit cents kilomètres de là. » [MHS 122]

Les sept à huit cents kilomètres en question, ce serait pour le voyage aller-retour depuis Harmony, mais ils sont légèrement sous-estimés puisqu'il est probable qu'il est d’abord allé à Albany (New York). La distance de Harmony à Albany était juste un peu plus que la distance de Harmony à Palmyra (c.-à-d. environ 240 kilomètres). Il devait donc y avoir une distance d'environ 500 kilomètres d'Albany à New York . Lors du voyage de retour à Harmony, Martin ne devait pas passer par Albany, ce qui raccourcissait la distance d’environ 300 kilomètres, de sorte que l’ensemble du voyage aller-retour à partir de la ferme de Joseph Smith devait être d’environ 825 kilomètres. Ajoutez à cela le voyage initial de Palmyra à Harmony et deux autres voyages aller-retour à Palmyra après le voyage à New York et c’est plus de 2000 kilomètres que Martin Harris a faits dans un petit chariot à deux mules en un peu moins de deux mois et demi. Stanley B. Kimball pense que « il y a des indications qu'il est revenu à Palmyra après avoir reçu le manuscrit avant de partir pour l'Est » [ATP p. 328] mais ceci est hautement improbable parce qu’il n'y a tout simplement pas assez de temps pour insérer huit jours de voyage supplémentaires. Dans les estimations données ci-dessous, je compte une moyenne d’une cinquantaine de kilomètres par jour pendant que Martin Harris voyage seul.

Dimanche 3 février 1828
Lundi 4 février 1828 Harmony    M Harris part pour Albany, New York , etc.

Étant donné que le but du voyage avait été convenu au préalable en décembre, Martin a dû arriver avec des provisions en vue de son voyage. Il n'est certainement pas resté longtemps chez les Smith.

« Il y a deux sources indépendantes qui disent que Harris a effectivement voulu avoir l'opinion et les conseils de [Luther] Bradish [à Albany] au sujet de la transcription. La première source est Pomeroy Tucker. … Tucker rapporte que Harris « voulait avoir l'interprétation et l'examen bibliologique minutieux de savants tels que l’Honorable Luther Bradish, le Dr. Mitchell, le professeur Anthon et d'autres.’ … »

« La deuxième source est une déclaration faite par John H. Gilbert en septembre 1892. … Selon Gilbert, Harris ‘s’arrêta à Albany et rendit visite au lieutenant-gouverneur Bradish…’ (En outre, la déclaration de W.W. Phelps que Harris ‘se rendit à New York via Utica et Albany’, renforce la possibilité que Harris consulta Bradish au sujet de la transcription.) « [ATP 329-330]

Mardi 5 février 1828 [voyage]
Mercredi 6 février 1828 [voyage]
Jeudi 7 février 1828 [voyage]
Vendredi 8 février 1828 [voyage]
Samedi 9 février 1828 Albany    M Harris arrive à Albany et rend visite à Luther Bradish.

J'ai estimé cinq jours de voyage pour une distance d’environ 240 kilomètres de Harmony (Pennsylvanie) à Albany (New York).

Dimanche 10 février 1828
Lundi 11 février 1828 Albany    M Harris quitte Albany pour New York .

J'ai estimé qu’il a fallu un jour à Albany pour permettre à Martin Harris de faire sa toilette après le voyage, trouver le lieutenant-gouverneur Bradish, prendre rendez-vous avec lui, lui montrer les transcriptions de Joseph Smith et l’interroger.

Mardi 12 février 1828 [voyage]
Mercredi 13 février 1828 [voyage]
Jeudi 14 février 1828 [voyage]
Vendredi 15 février 1828 [voyage]
Samedi 16 février 1828 [voyage]
Dimanche 17 février 1828 [voyage]
Lundi 18 février 1828 [voyage]
Mardi 19 février 1828 [voyage]
Mercredi 20 février 1828 [voyage]
Jeudi 21 février 1828 New York     M Harris arrive à New York .

J'ai estimé qu’il a fallu dix jours de voyage à Martin Harris pour parcourir les quelque 500 kilomètres entre Albany et New York .

Samedi 23 février 1828 New York     Visite de M Harris chez le Dr Samuel Mitchill.

Je compte 2 jours pour trouver le Dr. Samuel Mitchill, prendre rendez-vous avec lui et le rencontrer.

Dimanche 24 février 1828
Lundi 25 février 1828 New York     Visite de M Harris chez le professeur Charles Anthon.

Je compte 2 jours de plus pour trouver le professeur Charles Anthon, prendre rendez-vous avec lui et le rencontrer et ensuite faire les achats nécessaires tels que des provisions pour le voyage de retour.

Le professeur Anthon a écrit deux lettres, à environ sept ans d’intervalle, et dans chacune d’elles il dit que Martin Harris est arrivé avec un mot d'introduction du Dr. Mitchell.

« Il y a quelques années, un fermier, un homme tout à fait ordinaire et apparemment naïf m’a rendu visite avec un mot du Dr. Mitchell, de notre ville, maintenant décédé, me priant de déchiffrer, si possible, le papier que le fermier me remettrait. » Lettre à E.D. Howe, 17 février 1834. [CHC 1:103]

« Il y a de nombreuses années, je ne me rappelle pas maintenant la date exacte, un paysan d’aspect ordinaire m'a rendu visite avec une lettre du Dr. Samuel L. Mitchell me demandant d’examiner et donner mon avis sur un certain papier sur lequel on avait écrit divers caractères, que le docteur m’avouait ne pas pouvoir déchiffrer et que le porteur de la note était vivement désireux de se voir expliquer. » …
« Comme le Dr. Mitchell était notre ‘Magnus Appollo’ en ce temps-là, c’est lui que l'homme était allé voir en premier ; mais le docteur, soupçonnant de toute évidence quelque ruse, refusa de donner un avis quelconque à ce sujet et envoyé le paysan à l'université, pour voir, selon toute probabilité, ce que les ‘savants experts’ de là-bas allaient dire. » Lettre à T.W. Coit, 3 avril 1841. [CHC 1:104-105, 106]

Selon l'histoire de Joseph Smith, Martin Harris dit qu'il a vu professeur Anthon avant de voir le Dr. Mitchill.

« Il [le professeur Charles Anthon] répondit : ‘Je ne peux pas lire un livre scellé.’ Je le quittai et allai trouver le Dr. Mitchell, qui sanctionna ce que le professeur Anthon avait dit tant concernant les caractères que la traduction. » [PJS 1:285 - 286 et HC 1:20]

Si, comme le dit le professeur Anthon, le Dr. Mitchell a refusé tout d’abord de donner un avis quelconque sur le sujet, il est raisonnable de croire que Martin Harris est retourné pour voir si le Dr. Mitchell serait disposé à faire une déclaration précise après que le professeur Anthon eut préalablement exprimé une opinion. Ceci aurait tendance à réconcilier les divergences dans les récits en ce qui concerne l'ordre des visites.

Mardi 26 février 1828 New York     M Harris quitte New York pour Harmony.

Ceci a dû se passer après un total de cinq jours seulement à New York .

Mercredi 27 février 1828 [voyage]
Jeudi 28 février 1828 [voyage]
Vendredi 29 février 1828 [voyage]
Samedi 1er mars 1828 [voyage]
Dimanche 2 mars 1828 [voyage]
Lundi 3 mars 1828 [voyage]
Mardi 4 mars 1828 Harmony    M Harris est de retour à la ferme de Joseph Smith.

Je compte 7 jours de voyage pour permettre à Martin Harris de faire les 320 kilomètres jusqu’à la ferme de Joseph Smith. Notez que 1828 était une année bissextile, par conséquent février avait 29 jours.

Jeudi 6 mars 1828 Harmony    M Harris quitte Harmony pour rentrer chez lui.

J'ai laissé deux jours à Martin pour parler de son voyage et de ses résultats avec Joseph Smith. Ce dernier dit que Martin Harris est passé chez lui lors de son retour à Palmyra :

« M. Harris étant revenu de ce tour me quitta et rentra à Palmyra, arrangea ses affaires et revint chez moi… » [PJS 1:286 ; voir le HC 1:20]

Vendredi 7 mars 1828 [voyage]
Samedi 8 mars 1828 [voyage]
Dimanche 9 mars 1828 [voyage]
Lundi 10 mars 1828 Palmyra    M Harris arrive chez lui après 40 jours de voyage.

Je compte quatre jours pour le voyage de retour de Martin. Quand il arrive, c’est pour constater que Lucy Harris est en colère contre lui. Elle avait projeté de faire le voyage à New York avec lui et il était parti sans elle. À son retour, elle lui prépara un lit et une chambre séparés où elle refusa d'entrer. [REH 155]

Mercredi 12 mars 1828 Palmyra    M et L Harris quittent Palmyra pour une visite à Harmony.

Je n'ai accordé à Martin que deux jours chez lui avant son retour à Harmony avec sa femme. Quand Martin commence à se préparer à retourner à Harmony pour écrire pour Joseph, Lucy décrète qu'elle va aller avec lui. Martin accepte qu’elle l’accompagne une semaine ou deux, mais ensuite il la ramènera chez elle et retournera à Harmony pour écrire pour Joseph. [REH 155]

Jeudi 13 mars 1828 [voyage]
Vendredi 14 mars 1828 [voyage]
Samedi 15 mars 1828 [voyage]
Dimanche 16 mars 1828 Harmony    M et L Harris arrivent pour visiter J et E Smith

Je compte de nouveau quatre jours pour les 205 kilomètres de voyage – cela a pu être un peu plus lent du fait que Lucy est avec Martin pendant ce voyage.

Lundi 17 mars 1828 Harmony    Lucy fouille la maison de Joseph Smith pour trouver les plaques.

Lucy Smith rapporte :

« Dès son arrivée, elle a dit qu'elle était venue pour voir les plaques et qu’elle ne partirait pas avant d’y avoir réussi. Elle s’est aussitôt mise à retourner le moindre recoin de la maison, buffet, armoire, coffre, etc. ; par conséquent Joseph a été obligé de sortir le pectoral et les annales de la maison et de les cacher ailleurs. » [REH 156-157]

Mardi 18 mars 1828 Harmony.    Lucy continue ses recherches à l’extérieur de la maison.

Lucy Smith continue :

« Ne les trouvant pas dans la maison, elle [Lucy Harris] en a conclu que Joseph les avait enterrées et le jour suivant elle est sortie et a scruté le sol partout à côté de la maison. Elle a continué ses recherches jusqu'à deux heures de l'après-midi. » [REH 157]

Dimanche 23 mars 1828
Dimanche 30 mars 1828
Lundi 31 mars 1828 Harmony    M et L Harris quittent Harmony après une visite de deux semaines.

Lucy Smith écrit que les Harris sont restés environ deux semaines à Harmony avant de retourner chez eux.

« Quand elle est retournée à la maison, à peu près deux semaines après son arrivée à Harmony, elle a essayé de dissuader M. Harris d’avoir encore quoi que ce soit à voir avec la rédaction ou la traduction des annales. » [REH 157]

Mardi 1er avril 1828 [voyage]
Mercredi 2 avril 1828 [voyage]
Jeudi 3 avril 1828 [voyage]
Vendredi 4 avril 1828 Palmyra    M et L Harris arrivent de Harmony à Palmyra.

Le voyage normal de quatre jours.

Dimanche 6 avril 1828
Mardi 8 avril 1828 Palmyra    M Harris quitte Palmyra pour retourner à Harmony.

J'ai laissé Martin quatre jours chez lui avant son retour, pour le faire arriver à la ferme de Joseph Smith le 12 avril, date à laquelle Joseph dit qu'il a commencé comme secrétaire.

Mercredi 9 avril 1828 [voyage]
Jeudi 10 avril 1828 [voyage]
Vendredi 11 avril 1828 [voyage]
Samedi 12 avril 1828 [voyage]    M Harris arrive pour être secrétaire de Joseph Smith.

Ceci termine le périple de 2000 kilomètres de Martin accompli en tout juste 74 jours. Faire 50 km par jour avec un attelage de mules n'est pas un bien grand exploit, mais faire cette distance en moyenne pendant une période prolongée est extrêmement fatiguant et devait exiger une grande motivation.

Cette date est fixée par le prophète Joseph Smith dans son histoire et clôture le voyage de Martin Harris à New York et les événements qui s’y rattachent.

« M. Harris étant revenu de son périple me quitta et rentra chez lui à Palmyra, régla ses affaires et revint chez moi vers le douze avril dix-huit cent vingt-huit et commença à écrire pour moi tandis que je traduisais les plaques,… » [PJS 1:286 et HC 1:20]

Du samedi 12 avril 1828 jusque et y compris le samedi 14 juin 1828 : La traduction commence

Il est possible, mais pas probable, qu'Emma et peut-être son frère Reuben Hale aient écrit un peu pour Joseph pendant le voyage de Martin Harris à New York . Il est plus probable qu'Emma et Reuben ont aidé quelquefois pendant le mandat de Martin Harris comme secrétaire. La description que fait Emma de ses activités comme secrétaire pour Joseph indique une durée plus longue de rédaction régulière qu'il ne serait possible d’en mettre dans cette première tranche de temps (voir dimanche 26 oct. 1828), mais il y a un incident qu’elle relate qui entrerait très facilement dans la tranche de temps du début de la traduction du livre de Léhi.

« Quand mon mari traduisait le Livre de Mormon, j'en ai écrit une partie pendant qu'il dictait chaque phrase, mot à mot, et quand il arrivait aux noms propres qu’il ne pouvait pas prononcer ou à de longs mots, il les épelait, et tandis que je les écrivais, si je faisais une erreur dans l'orthographe, il m'arrêtait et me corrigerait, alors qu’il lui aurait été impossible de voir au moment même comment je les écrivais. Même le mot Sarah, il n’avait pas pu le prononcer d’abord, mais avait dû l’épeler et je l’avais prononcé pour lui. »

Comme le mot « Sarah » n'apparaît pas dans le Livre de Mormon, il est plus probable que c’est du mot « Sariah » qu’il s’agissait, comme cela se retrouve dans un rapport postérieur d’Edmund C. Biggs :

« Ceci me fait penser à quelque chose que la Dame élue, Emma, a dit au cours de l’hiver de 1856. Elle m’a dit : ‘Quand vous verrez David Whitmer, vous verrez un homme honnête.’ Et dans la même conversation, elle a parlé de l’instruction limitée de son mari Joseph tandis qu'il traduisait le Livre de Mormon et qu’elle lui servait de secrétaire : « Il ne pouvait pas prononcer le mot Sariah. » [DWI 126]

Les capacités de Joseph en matière d’orthographe et de prononciation ont dû s’améliorer rapidement avec le temps et la pratique, ce qui veut dire que les événements décrits ici ont dû très probablement se produire pendant les premières tentatives de Joseph de faire de la traduction.

Chacun des rapports ci-dessus est immédiatement suivi d'un autre incident qui a toujours été interprété comme se produisant aussi tandis qu'Emma agissait comme secrétaire pour Joseph. Je ne trouve rien dans les rapports existants qui indiquerait que cet incident s'est produit tandis qu'Emma écrivait pour Joseph. Je pense qu’il s’est plus vraisemblablement produit un jour que Martin Harris écrivait et qu'Emma était présente dans la chambre.

« Quand il s'arrêtait pour une raison quelconque, à n’importe quel moment, quand il recommençait, il reprenait, sans la moindre hésitation, là où il s’était arrêté et une fois tandis qu'il traduisait, il s'est arrêté soudainement, livide, et a dit : ‘Emma, y avait-il des murs autour de Jérusalem ?’ Quand j'ai répondu : ‘Oui’, il a dit : ‘Oh ! J'avais peur d’avoir été égaré.’ Sa connaissance de l'histoire était si limitée à ce moment-là qu'il ne savait même pas que Jérusalem était entourée de murs. » [EMD 1:530-531]

« Et une fois pendant qu’il traduisait, là où il est question des murs de Jérusalem, il s'est arrêté et a dit : ‘Emma, y avait-il des murs autour de Jérusalem ?‘ Quand je lui ai dit que oui, il a répondu, « Oh ! Je pensais avoir été égaré. » [DWI 126-127]

« Il [David Whitmer] dit que Smith traduisait le ‘Livre de Mormon’ au moyen d’une paire de grandes lunettes, que les caractères apparaissaient dans l’air et restaient jusqu'à ce qu’ils aient été correctement traduits puis disparaissaient, que Smith ne connaissait pas la Bible, qu’en traduisant il était arrivé pour la première fois à un passage où il est dit de Jérusalem que c’était une ‘ville entourée de murs’, qu’il s’était arrêté jusqu'à ce qu'on aille chercher une bible pour lui montrer où cela est écrit – Smith ne croyant pas que c’était une ville entourée de murs. » [MMM 486]

3 Néphi 4 mentionne plusieurs fois les murs de Jérusalem, mais ce chapitre a été traduit à une époque où Oliver Cowdery était le secrétaire de Joseph, en mai 1829. Il est improbable qu'après tout un mois de traduction et après avoir terminé les livres de Léhi, de Mosiah, d'Alma et de Hélaman, Joseph craigne encore de se laisser égarer. Il est plus probable que l'incident décrit s’est produit pendant la traduction des 116 pages perdues.

Traduction du livre de Léhi

Samedi 12 avril 1828    Livre de Léhi, 1
Dimanche 13 avril 1828    Livre de Léhi, 2
Lundi 14 avril 1828    Livre de Léhi, 4
Mardi 15 avril 1828    Livre de Léhi, 6
Mercredi 16 avril 1828    Livre de Léhi, 8
Jeudi 17 avril 1828    Livre de Léhi, 10
Vendredi 18 avril 1828    Livre de Léhi, 12
Samedi 19 avril 1828    Livre de Léhi, 13
Dimanche 20 avril 1828    Livre de Léhi, 15
Lundi 21 avril 1828    Livre de Léhi, 17
Mardi 22 avril 1828    Livre de Léhi, 19
Mercredi 23 avril 1828    Livre de Léhi, 21
Jeudi 24 avril 1828    Livre de Léhi, 23
Vendredi 25 avril 1828    Livre de Léhi, 24
Samedi 26 avril 1828    Livre de Léhi, 26
Dimanche 27 avril 1828    Livre de Léhi, 28
Lundi 28 avril 1828    Livre de Léhi, 30
Mardi 29 avril 1828    Livre de Léhi, 32
Mercredi 30 avril 1828    Livre de Léhi, 34
Jeudi 1er mai 1828    Livre de Léhi, 36
Vendredi 2 mai 1828    Livre de Léhi, 37
Samedi 3 mai 1828    Livre de Léhi, 39
Dimanche 4 mai 1828    Livre de Léhi, 41
Lundi 5 mai 1828    Livre de Léhi, 43
Mardi 6 mai 1828    Livre de Léhi, 45
Mercredi 7 mai 1828    Livre de Léhi, 47
Jeudi 8 mai 1828    Livre de Léhi, 48
Vendredi 9 mai 1828    Livre de Léhi, 50
Samedi 10 mai 1828    Livre de Léhi, 52
Dimanche 11 mai 1828    Livre de Léhi, 54
Lundi 12 mai 1828    Livre de Léhi, 56
Mardi 13 mai 1828    Livre de Léhi, 58
Mercredi 14 mai 1828    Livre de Léhi, 59
Jeudi 15 mai 1828    Livre de Léhi, 61
Vendredi 16 mai 1828    Livre de Léhi, 63
Samedi 17 mai 1828    Livre de Léhi, 65
Dimanche 18 mai 1828    Livre de Léhi, 67
Lundi 19 mai 1828    Livre de Léhi, 69
Mardi 20 mai 1828    Livre de Léhi, 71
Mercredi 21 mai 1828    Livre de Léhi, 72
Jeudi 22 mai 1828    Livre de Léhi, 74
Vendredi 23 mai 1828    Livre de Léhi, 76
Samedi 24 mai 1828    Livre de Léhi, 78
Dimanche 25 mai 1828    Livre de Léhi, 80
Lundi 26 mai 1828    Livre de Léhi, 82
Mardi 27 mai 1828    Livre de Léhi, 83
Mercredi 28 mai 1828    Livre de Léhi, 85
Jeudi 29 mai 1828    Livre de Léhi, 87
Vendredi 30 mai 1828    Livre de Léhi, 89
Samedi 31 mai 1828    Livre de Léhi, 91
Dimanche 1er juin 1828    Livre de Léhi, 93
Lundi 2 juin 1818    Livre de Léhi, 95
Mardi 3 juin 1828    Livre de Léhi, 96
Mercredi 4 juin 1828    Livre de Léhi, 98
Jeudi 5 juin 1828    Livre de Léhi, 100
Vendredi 6 juin 1828    Livre de Léhi, 102
Samedi 7 juin 1828    Livre de Léhi, 104
Dimanche 8 juin 1828    Livre de Léhi, 106
Lundi 9 juin 1828    Livre de Léhi, 107
Mardi 10 juin 1828    Livre de Léhi, 109
Mercredi 11 juin 1828    Livre de Léhi, 111
Jeudi 12 juin 1828    Livre de Léhi, 113
Vendredi 13 juin 1828    Livre de Léhi, 115
Samedi 14 juin 1828    Livre de Léhi, 117

Les dates données ci-dessus pour la traduction des 118 pages sont basées sur une distribution égale du nombre total de pages traduites pendant la période de traduction. ~118 pages ont été traduites en 63 jours, ce qui donne un rythme global de ~1,87 pages par jour. Le nombre de 118 pages traduites au lieu du nombre traditionnel de 116 pages est basé sur D&A 10:41.

« Pour cette raison, tu traduiras les inscriptions qui sont gravées sur les plaques de Néphi, jusqu'à ce que tu arrives au règne du roi Benjamin, ou jusqu'à ce que tu arrives à ce que tu as traduit et gardé » [D&A 10:41]

Toutes les pages que Joseph Smith et Martin Harris ont traduites n’ont pas été perdues. Cela veut dire qu'ils ont traduit en réalité plus de 116 pages et qu’il n’y en a que 116 que Martin Harris a emportées à Palmyra et qui ont été perdues. Les pages perdues ont été par la suite remplacées dans notre Livre de Mormon par les petites plaques de Néphi, qui commencent par 1 Néphi 1 et finissent (les plaques étant pleines) avec Omni 30.

« Et moi, Amaléki, j'avais un frère qui alla aussi avec eux; et depuis lors, je ne sais plus rien d'eux. Et je suis sur le point de me coucher dans la tombe; et ces plaques sont pleines. Et je finis de parler. » [Omni 30]

Il me semble impossible que Mormon, dans son abrégé, ait exclu toute mention de la fuite de Mosiah 1er et de tout son peuple du pays de Néphi avec leurs annales et avec toutes leurs possessions et de leur découverte du pays et du peuple de Zarahemla et de l’intronisation de Mosiah comme leur roi (Omni 13-14). Il me paraît peu probable que Mormon n'ait pas mentionné la découverte de Coriantumr par le peuple de Zarahemla et la traduction de la grande pierre par Mosiah 1er au sujet de la fin de la nation jarédite (Omni 20-22). Je dois donc en conclure que ces événements étaient parmi ceux qui étaient rapportés dans les 116 pages perdues.

D'autre part, il me semble vraisemblable que puisque Amaléki a remis les petites plaques de Néphi au roi Benjamin, il a dû les insérer dans ses propres annales au moment où il les a reçues.

« C'est pourquoi, il arriva donc que lorsque Amaléki eut remis ces plaques entre les mains du roi Benjamin, celui-ci les prit et les mit avec les autres plaques qui contenaient les annales transmises par les rois, de génération en génération, jusqu'au temps du roi Benjamin. » [Paroles de Mormon 10]

Cela signifie que lors de l’élaboration de son abrégé, Mormon a dû rencontrer successivement :

Les annales de Mosiah 1er
Les premières annales du roi Benjamin
Les petites plaques de Néphi (remises par Amaléki)
Les annales postérieures du roi Benjamin.


Et les annales postérieures du roi Benjamin ont dû être introduites par les Paroles de Mormon, bien que les petites plaques elles-mêmes aient pu être jointes soit à ce moment-là, soit tout au bout des annales de Mormon. Mormon précise qu’au moment où il a examiné les petites plaques de Néphi, il n'avait pas encore écrit son récit à partir des derniers jours du roi Benjamin.

« C'est pourquoi, j'ai choisi ces choses pour terminer mes annales, et ce reste de mes annales, je vais le prendre [le verbe est au futur] des [grandes] plaques de Néphi; et je ne peux écrire la centième partie des choses de mon peuple… Et maintenant, concernant ce roi Benjamin…» [Paroles de Mormon 5, 12]

Royal Skousen fait une excellente analyse de l'insertion des petites plaques de Néphi par Mormon à l’endroit où les 116 pages ont été perdues et propose, et c’est très plausible, que deux chapitres de Mosiah 1 ont pu être perdus avec les 116 pages, et que notre livre actuel de Mosiah commence par ce qui a dû être le chapitre 3 de Mosiah [CM 138-139].

Les quelques pages supplémentaires conservées par Joseph Smith devaient donc être les Paroles de Mormon, puisque c'est le livre suivant dans l'ordre, qu’elles mentionnent le règne du roi Benjamin, correspondent aux exigences chronologiques et constituent un point d’arrêt intermédiaire logique. Les Paroles de Mormon ont donc probablement été traduites avant la perte des 116 pages et constituent la première partie traduite du Livre de Mormon que nous ayons toujours.

Samedi 14 juin 1828 Harmony    Joseph remet l'urim et le thummim à l'ange.

Il apparaît que Joseph avait été prié de rendre l'urim et le thummim à l'ange pendant que Martin Harris avait le manuscrit en sa possession.

« (Car il [l'urim et le thummim] m’avait été repris parce que j’avais lassé le Seigneur en demandant le privilège de laisser Martin Harris emporter les écrits qu'il avait perdus par transgression) » [PJS 1:2878 ; voir HC 1:21]

« L'ange apparut et lui donna les interprètes, qui lui avaient été repris quand Martin était parti avec le manuscrit. » [JSBM 92.]

Dimanche 15 juin 1828 Harmony    M Harris quitte Harmony pour Palmyra avec 116 pages.
Emma donne le jour au premier fils de Joseph Smith.

C’est très vraisemblablement le matin du dimanche 15 juin 1828 que Martin Harris quitte la maison de Joseph Smith à Harmony avec les 116 pages de manuscrit à montrer à sa famille à Palmyra. Proctor et Proctor disent que Martin Harris a quitté Harmony le 14, mais Lucy dit que c’est immédiatement après son départ qu’Emma a donné le jour au premier fils de Joseph Smith, qui ne vivra qu’une heure. Lucy utilise assez souvent le terme « le lendemain » pour que pour moi l’expression « immédiatement après » signifie le même jour.

« Immédiatement après le départ de M. Harris, Emma est devenue la mère d'un fils, mais elle n’a eu que peu de réconfort de la compagnie du cher petit étranger, parce qu’il lui a été très vite arraché des bras et enlevé là-haut dans le monde des esprits avant d’avoir eu le temps d’apprendre le bien ou le mal. » [REH 161]

Lundi 16 juin 1828 [voyage]
Mardi 17 juin 1828 [voyage]
Mercredi 18 juin 1828 [voyage]
Jeudi 19 juin 1828 Palmyra    M Harris arrive à Palmyra avec les 116 pages.

« Quand il arriva chez lui, il ne fut pas lent à exhiber le manuscrit à sa femme et à sa famille. » [REH 168] J’ai compté quatre jours de voyage.

Dimanche 29 juin 1828 Harmony    Emma commence à récupérer

« Pendant un certain temps, la mère sembla trembler sur l seuil de la maison silencieuse de son bébé. Son sort parut un moment si incertain qu’en deux semaines Joseph ne connut pas une seule heure de sommeil ininterrompu. Après cela, elle commença à récupérer… » [REH 161]

Dimanche 6 juillet 1828
Mardi 8 juillet 1828 Harmony    Joseph Smith part pour Palmyra à la recherche de M Harris.

Lucy écrit qu'Emma est entre la vie et la mort pendant deux semaines, après quoi elle commence finalement à récupérer. Joseph décide que dès qu'Emma sera suffisamment remise, il ira à Palmyra pour voir ce qu’il est advenu de Martin Harris. Il y a « presque trois semaines » qu'ils n’ont plus aucune nouvelle de lui. Joseph ne dit rien de son projet à Emma, néanmoins « au bout de quelques jours » elle fait part à Joseph de ses propres soucis à ce sujet, mais elle est encore trop faible pour que Joseph ne tienne pas à la quitter « juste à ce moment-là ».

« Après beaucoup de persuasion, il décida de laisser quelques jours sa femme aux bons soins de sa mère et d’entreprendre le voyage précité. » [REH 162]

Il ressort de toute cette succession d’événements que Martin Harris avait déjà disparu depuis plus de trois semaines avant que Joseph ne se mette à sa recherche.

~Mercredi 9 juillet 1828 Palmyra    Les 116 pages de manuscrit sont volées.

Selon Lucy, Martin avait tenu le manuscrit à l’œil jusque peu avant l’arrivée de Joseph.

« Pendant une courte période avant l'arrivée de Joseph, M. Harris avait été occupé à d’autres choses et n’avait pensé que peu au manuscrit. Quand Joseph le fit appeler, il alla immédiatement à son tiroir, mais le manuscrit avait disparu ! » [REH 171]
Jeudi 10 juillet 1828 [Joseph voyage]
~Vendredi 11 juillet 1828 Manchester    Joseph arrive à Manchester pour voir Martin Harris.
Lucy dit que Joseph a pris la diligence, ce qui a dû prendre environ trois jours. Après en être descendu, Joseph avait encore 30 kilomètres à faire à pied. Larry Porter suppose sans doute avec raison que Joseph a pris la diligence pour Genesee, qui est l'une des grandes villes au sud-est de Palmyra et à une trentaine de kilomètres de là. Avec l'aide d'un inconnu qu’il a rencontré dans la diligence, Joseph arrive au point du jour (ce qui, selon une note de bas de page, devait être vers 4h15 ou 4h30 du matin en juillet) à la ferme de Joseph Smith, père. Vu les conditions de l’époque, trente kilomètres à pied, dont une grande partie la nuit à travers bois, cela a dû prendre à Joseph environ 8 heures. Il a donc dû quitter Genesee vers 8h30 ou 9h00 le jeudi soir. Richard Bushman dit que la diligence « s’arrêtait à dix heures du soir à trente kilomètres de la maison des Smith. » [JSBM 91] On fait appeler Martin Harris (une distance de deux kilomètres et demi) vers 6 heures du matin, mais il ne se présentera que vers une heure de l’après-midi pour faire part de la terrible nouvelle qu'il a perdu le manuscrit. [REH 164-165]

Samedi 12 juillet 1828 Manchester    Joseph Smith commence son retour à Harmony.

« Le lendemain matin il rentra chez lui. » [REH 166]

Dimanche 13 juillet 1828 [Joseph voyage]
Lundi 14 juillet 1828 [Joseph voyage]
Mardi 15 juillet 1828    Joseph arrive chez lui à Harmony

Encore un voyage de trois jours en supposant qu’il est aussi retourné avec la diligence de Genesee.

Mercredi 16 juillet 1828    Joseph perd les plaques du Livre de Mormon et l’urim et le thummim,
il reçoit D&A 3.

Lucy se rappelle dans son histoire ce que Joseph lui a dit lorsqu’ils se sont revus. Mais il y a quelques divergences entre son livre et le récit de Joseph. Selon Lucy, Joseph dit :

« Immédiatement après t’avoir quittée, je suis retourné à la maison. Une fois arrivé, je me suis mis à m’humilier en prières ferventes devant le Seigneur et tandis que j’épanchais mon âme en supplications vers lui, lui demandant si possible d’obtenir sa miséricorde et de me pardonner tout ce que j'avais fait de contraire à sa volonté, un ange s'est tenu devant moi et m’a répondu, disant que j'avais péché en livrant le manuscrit entre les mains d'un méchant homme, et comme je m’étais aventuré à me porter responsable de la fidélité de l'homme, je devais forcément subir les conséquences de la bêtise qu’il avait faite et je devais maintenant remettre l'urim et le thummim entre ses mains [dans son manuscrit original, Lucy dit que ce sont les plaques qui ont été rendues, pas l'urim et le thummim]. »

« J'ai fait ce qu’il me commandait et pendant que je les lui remettais, il a fait cette réflexion : ‘Si tu es très humble et pénitent, il se peut que tu les reçoives de nouveau; si c’est le cas, ce sera le vingt-deux septembre prochain.' »
« Joseph a alors rapporté une révélation qu'il a reçue peu après la visite de l'ange, révélation qui dit entre autres : [une partie de D&A 3] » [REH 173-174]

Dans son histoire, Joseph rapporte les choses un peu différemment :

« Juste après mon retour chez moi, je marchais à quelque distance de la maison lorsque tout à coup le messager céleste précédent m'apparut et me rendit l'urim et le thummim qui m’avait été repris parce que j’avais lassé le Seigneur en demandant le privilège de laisser Martin Harris emporter les écrits qu'il avait perdus par transgression et j’interrogeai le Seigneur par son intermédiaire et je reçus la révélation suivante.
« Révélation donnée en juillet 1828 à Joseph Smith, fils, concernant certains manuscrits sur la première partie du Livre de Mormon, qui avaient été subtilisés à Martin Harris.
« [D&A 3] »
« Après que j'eus obtenu la révélation ci-dessus, les plaques et l'urim et le thummim me furent repris … » [PJS 1:287 ; voir HC 1:21-23]

En fusionnant les deux déclarations, je pense que l’ordre le plus probable des événements est le suivant : L'urim et le thummim sont rendus à l'ange quand Joseph Smith reçoit la permission de confier la garde du manuscrit à Martin Harris. Une fois le manuscrit perdu, Joseph rentre chez lui, s'humilie dans la prière devant le Seigneur et demande pardon pour sa transgression. L'ange lui apparaît alors et lui remet l'urim et le thummim, grâce auxquels il interroge Dieu et reçoit D&A 3. Après réception de cette révélation, Joseph reçoit l’ordre de rendre l'urim et le thummim et les plaques du Livre de Mormon à l'ange, lequel lui dit que s'il est humble et pénitent, il les recevra de nouveau et que s'il les reçoit, ce sera le 22 septembre 1828.

Cette interprétation est appuyée par une lettre écrite d’Independence par William E. McLellin à Joseph Smith III en juillet et le 8 septembre 1872 :

« Quand Joseph remit les 116 pages de la traduction à Martin Harris, ses plaques, ses interprètes et son don lui furent retirés pendant environ deux mois. Les plaques et le don de traduction lui furent rendus, mais pas les interprètes. Il traduisit le Livre de Mormon tout entier à l’aide d'une petite pierre qu'il avait en sa possession avant qu'il ne reçoive les plaques. » [TBM 13]

Dimanche 20 juillet 1828
Dimanche 27 juillet 1828
Dimanche 3 août 1828
Dimanche 10 août 1828
Dimanche 17 août 1828
Dimanche 24 août 1828
Dimanche 31 août 1828
Dimanche 7 septembre 1828
Dimanche 14 septembre 1828
Dimanche 21 septembre 1828
Lundi 22 septembre 1828 Harmony    Les plaques du Livre de Mormon et l’urim et le thummim sont rendus. Réception de D&A 10:1-5.

Lucy cite Joseph comme suit :

« ‘Lorsque l'ange m'eut quitté, dit-il, je continuai sans arrêt mes supplications à Dieu et le vingt-deux septembre, j'eus la joie et la satisfaction de recevoir de nouveau l'urim et le thummim, avec lesquels j'ai recommencé la traduction et Emma écrit pour moi, mais l'ange a dit que le Seigneur m'enverrait un secrétaire et j'espère qu'il en sera ainsi. L'ange était réjoui quand il m'a rendu l'urim et le thummim et il m'a dit que le Seigneur était satisfait de ma fidélité et de mon humilité et qu’il m'aimait pour ma pénitence et ma diligence dans la prière, en quoi j’avais accompli mon devoir suffisamment bien pour récupérer l'urim et le thummim et j’ai pu reprendre le travail de traduction. » [REH 175]

Lucy ajoute alors que c’est quelques mois plus tard que Joseph a reçu la révélation dans D&A 10. Il doit s’agir d’une erreur

La datation de D&A 10 donne du fil à retordre depuis sa première publication comme Section IX du Livre des Commandements en 1833. Dans cette première publication, le paragraphe en question (les versets 1-5 dans l'édition actuelle) constituait le verset 1.

« Voici, je te dis que parce que tu as abandonné entre les mains d'un méchant homme tant d’écrits que tu avais reçu le pouvoir de traduire, tu les as perdus et tu as en même temps perdu ton don, néanmoins, il t'a été rendu; c'est pourquoi, veille à être fidèle et continue de manière à terminer le reste du travail de traduction que tu as commencé. Ne cours pas plus vite et ne travaille pas au-delà des forces et des moyens qui te sont donnés pour te permettre de traduire; mais sois diligent jusqu'à la fin afin de sortir vainqueur; oui, afin de vaincre Satan et ceux qui soutiennent son œuvre. » [BoC XI:1]

Quand ceci a été réimprimé comme section XXXVI des Doctrine et Alliances de 1835, un certain nombre de changements ont été faits pour rendre le texte plus clair, ce qui lui a donné essentiellement la forme dans laquelle nous l'avons aujourd'hui.

« Voici, je te dis que parce que tu as abandonné entre les mains d'un méchant homme ces écrits que tu avais reçu le pouvoir de traduire au moyen de l'urim et du thummim, tu les as perdus. Et tu as en même temps perdu ton don, et ton esprit s'est enténébré; néanmoins, il t'est maintenant rendu; c'est pourquoi, veille à être fidèle et continue de manière à terminer le reste du travail de traduction que tu as commencé. Ne cours pas plus vite et ne travaille pas au-delà des forces et des moyens qui te sont donnés pour te permettre de traduire; mais sois diligent jusqu'à la fin. Prie toujours afin de sortir vainqueur; oui, afin de vaincre Satan et d'échapper aux mains des serviteurs de Satan qui soutiennent son œuvre. » [D&A 1836 XXXVI:1a]

Il y a des éléments du paragraphe ci-dessus qui exigent qu'il s’intègre dans le contexte du 22 septembre 1828, que nous examinions les mots de la publication originale ou ceux de l’édition actuelle. Joseph Smith avait remis le manuscrit traduit entre les mains de Martin Harris. À cause de cela son esprit s'était enténébré et il avait perdu le don de traduction pendant un certain temps. « Néanmoins, il t'est maintenant rendu. » Les plaques et l'urim et le thummim seront rendus à Joseph le 22 septembre 1828 et il va continuer la traduction avec Emma comme secrétaire. Il lui est commandé : « Continue de manière à terminer le reste du travail de traduction que tu as commencé » et c’est exactement ce qu'il va faire. Le reste de D&A 10 (les versets 6-70) ne correspond pas au contexte de septembre 1828, mais s’intègre tout naturellement dans le contexte de mai 1829 comme nous allons le démontrer quand nous y arriverons.

En préparant cette chronologie détaillée de la traduction du Livre de Mormon, je ne peux tirer aucune autre conclusion logique que celle que D&A 10 est en fait une combinaison de deux révélations distinctes, la première (les versets 1-5) reçue le 22 septembre 1828 et la seconde (les versets 6-70) reçue en mai 1829.

Je ne suis pas le premier à proposer deux dates séparées pour D&A 10, voir APA 80-84.

Dimanche 28 septembre 1828
Dimanche 5 octobre 1828
Dimanche 12 octobre 1828
Dimanche 19 octobre 1828
Dimanche 26 octobre 1828 Harmony
(Traduction jusqu’à Mosiah 1:1, Harmony)    Début de la traduction du Livre de Mormon (~3 pages/ semaine).

J'ai choisi une date vers la fin octobre pour donner à Joseph Smith le plus de temps possible pour participer à la moisson d’automne afin de stocker des provisions pour l’hiver proche. Le commandement donné à Joseph était de ne pas aller plus vite que les moyens qui lui étaient donnés pour lui permettre de traduire et il écrit qu'il ne s'est pas remis à la traduction pendant un moment.

« Je ne me suis cependant pas mis immédiatement à traduire mais je suis allé travailler de mes mains sur un petit terrain que j'avais acheté au père de ma femme, afin de pourvoir aux besoins de ma famille. » [PJS 1:288 ; voir le HC 1:28]

J'ai calculé que Joseph a repris la traduction au bout d’un mois environ et même alors au rythme lent de 3 pages seulement par semaine. Emma était sa secrétaire quand elle avait le temps de l’aider, mais dans son état d’affaiblissement et avec un ménage à gérer il ne devait pas y avoir beaucoup de temps pour la traduction. En dépit de ce qui a dû sembler être de lents progrès à Joseph, Emma laisse entendre par ses déclarations qu'il y a eu plus que juste quelques pages de traduites quand elle lui servait de secrétaire.

« Quand j’écrivais pour J [oseph] S [mith], j’écrivais fréquemment jour après jour, souvent assise à table près de lui pendant qu’il était assis le visage enseveli dans son chapeau contenant la pierre et dictant heure après heure, avec rien entre nous. » [EMD 1:539]

Reuben, frère d'Emma, a aussi aidé Joseph dans sa traduction à diverses occasions. [Voir EMD 1:541]

Novembre 1828 à février 1829 : La visite des parents de Joseph à Harmony – problèmes de chronologie.
Si l’on devait prendre le récit de Lucy tout à fait littéralement, on en arriverait à conclure qu'elle et son mari, n’ayant plus eu de nouvelles de Joseph pendant deux mois, sont allés lui rendre visite. Joseph étant parti de chez les Smith à Manchester à la mi-juillet, cela situerait le moment de la visite des parents de Joseph vers la mi-septembre. Toutefois, Lucy rapporte que quand ils sont arrivés, Joseph avait déjà récupéré les plaques et avait repris leur traduction avec Emma comme secrétaire. Puisqu'elle dit aussi que Joseph a récupéré les plaques le 22 septembre 1828, il y a quelque chose qui ne va pas dans la chronologie de son récit. Les termes exacts de Lucy indiquent aussi qu’elle a été seule avec Joseph Smith, père, à faire le voyage.

« … mal à l’aise en ce qui concerne les conséquences de sa détresse d'esprit, nous sommes allés, M. Smith et moi, à Harmony pour lui rendre visite. Quand nous sommes arrivés à un peu plus d’un kilomètre de la maison, Joseph est parti à notre rencontre, disant à sa femme que son père et sa mère arrivaient, bien qu'il n’ait pas pu nous voir. » [REH 173]

Joseph Knight mentionne une visite de Joseph Smith, père, et de Samuel Smith, mais la situe en janvier. Le prophète écrit que c'est en février que son père lui a rendu visite et qu’à ce moment-là il a reçu D&A 4 pour lui, et le récit de Joseph ne mentionne pas la présence de Lucy. Les récits de Joseph Knight et de Joseph Smith, fils, peuvent être réconciliés en situant l'arrivée des Smith à la ferme de Joseph Knight le dernier jour de janvier, et lui les accompagne à la ferme de Joseph Smith, fils, le jour suivant, ce qui les fait arriver en février comme l’écrit le prophète. Le récit de Lucy exclut la présence de Samuel, puisqu’elle écrit qu’à leur retour à Palmyra ils vont trouver Sophronia et Samuel gravement malades. Richard Bushman adopte ce que je considère comme une approche raisonnable dans Joseph Smith and the Beginnings of Mormonism en décrivant deux visites de Joseph Smith, père, à Harmony pendant l'hiver de 1828-1829. Il situe la première visite de Joseph Smith, père, et de Lucy Smith en octobre 1828 et la fait durer presque trois mois. Il précise qu'ils rentrent à Manchester le 22 janvier 1829 et il fait ensuite retourner Joseph Smith, père, en compagnie de Samuel Smith, rendre visite à Joseph Knight et continuer ensuite pour aller voir Joseph et Emma en février 1829 (voir JSBM 95).

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je dois rejeter la chronologie du scénario de Richard Bushman. Je n’ai pu trouver aucune référence qui corresponde au retour des Smith à Manchester le 22 janvier. Dans son récit, Lucy dit qu’à leur retour de leur visite à Joseph et à Emma, ils ont trouvé Samuel (20 ans) et Sophronia (25 ans) très malades, « entre la vie et la mort » – on est loin de la description de quelqu’un qui au bout de quelques jours allait faire un voyage aller-retour de 400 kilomètres au plus fort de l’hiver. Les provisions de Joseph et Emma sont si réduites qu’ils vont devoir demander à des amis des les aider (voir ~ le 16 novembre 1828 ci-dessous) et il faut à peu près deux fois plus de provisions pour nourrir quatre personnes que deux. Je ne peux pas concevoir que les parents de Joseph aient pu faire un séjour prolongé, surtout pas un de trois mois, une fois qu'ils ont su à quel point leur fils était serré. Par contre, je peux très bien imaginer que le père de Joseph Smith ait voulu retourner à Harmony avec des provisions complémentaires dès qu'il le pourrait. Au départ, je me suis dit que les parents de Joseph avaient peut-être prévu leur visite de manière à être avec leur fils pour son anniversaire (le 23 décembre), mais la chronologie ne fonctionne pas.

Dimanche 2 novembre 1828 Palmyra
(Traduction jusqu’à Mosiah 2:7, Harmony)    J Smith, père, et Lucy quittent Palmyra pour Harmony.

J'ai choisi une date à laquelle quelques pages du Livre de Mosiah auraient été traduites au moment de leur arrivée afin de correspondre au récit de Lucy. Selon celle-ci, Joseph lui dit pendant leur visite :

« … le vingt-deux septembre, j'ai eu la joie et la satisfaction de recevoir de nouveau l'urim et le thummim, avec lesquels j'ai recommencé la traduction et Emma écrit pour moi… » [REH 176]

Lundi 3 novembre 1828 [voyage]
Mardi 4 novembre 1828 [voyage]
Mercredi 5 novembre 1828 [voyage]
Jeudi 6 novembre 1828 Harmony    Arrivée de J. Smith, père, et de Lucy à Harmony.

J'ai compté un voyage normal de quatre jours.

Dimanche 9 novembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 2:38, Harmony)
Lundi 10 novembre 1828 Harmony    J Smith, père, et Lucy quittent Harmony pour rentrer chez eux.

Dans son récit, Lucy semble indiquer un séjour de plus de quelques jours.

« Nous avons passé notre temps très agréablement et nous sommes retournés à la maison soulagés d'un fardeau qui avait semblé trop lourd à porter. La joie que nous avons eue en voyant la prospérité actuelle de notre fils en ce qui concerne ses soucis spirituels dépassait de loin tout ce que nous avions déjà connu dans ce domaine. Nous avions maintenant appris à apprécier le doux pour avoir bu en quantité l'amer pendant un certain temps. » [REH 178]

La chronologie de cette visite de retour est basée sur le mandat d'Oliver Cowdery comme instituteur, dont les dates semblent fermement établies (voir ci-dessous).

Mardi 11 novembre 1828 [voyage]
Mercredi 12 novembre 1828 [voyage]
Jeudi 13 novembre 1828 [voyage]
Vendredi 14 novembre 1828 Manchester    J. Smith, père, et Lucy arrivent chez eux à Manchester.

Les parents de Joseph rentrent chez eux après quatre jours de voyage pour trouver Sophronia et Samuel gravement malades.

« Quand nous sommes arrivés à la maison, nous avons trouvé Sophronia et Samuel entre la vie et la mort. Hyrum avait fermé sa maison et arrêté ses affaires afin de prendre soin des enfants pendant notre absence. Sophronia a été très malade pendant deux mois, temps pendant lequel elle a été affreusement salivée par le docteur qui la soignait. » [REH 180] (Ndlr : Les médecins de l’époque salivaient leurs patients, c’est-à-dire les faisaient saliver abondamment, habituellement avec du mercure, pour soigner certaines maladies.)

En mentionnant que Sophronia a été très malade pendant deux mois, Lucy nous informe que le rétablissement de Samuel a été plus rapide.

Dimanche 16 novembre 1828 Harmony
(Traduction jusqu’à Mosiah 3:23, Harmony)    Joseph et Emma vont visiter Joseph Knight.

La visite des parents de Joseph a pu contribuer à épuiser les provisions déjà limitées de Joseph au point de l’inquiéter suffisamment pour aller demander de l’aide à un vieil ami. Cette date est une conjecture basée sur « le début de l'hiver ». Une visite faite un dimanche risquait moins de gêner les travaux normaux des personnes visitées.

Joseph Knight écrit :

« Il ne pouvait traduire que peu étant pauvre et personne pour écrire pour lui sauf sa femme et elle ne pouvait pas faire beaucoup et prendre soin de sa maison et lui étant pauvre et n’ayant aucun moyen de vivre qu’en travaillant. Le père et la famille de sa femme étaient tous contre lui et ne voulaient pas l’aider. Sa femme et lui sont venus me voir au début de l'hiver 1828 et m'ont expliqué son cas. Mais je n'étais pas dans une situation aisée et je ne savais pas à combien cela pouvait s’élever et ma femme et ma famille étaient tous contre l’idée de l’aider. Mais je lui ai donné quelques petites provisions et quelques petites choses du magasin, une paire de chaussures et trois dollars en argent pour l'aider un peu. » [JKR 36]

Jeudi 20 novembre 1828 Manchester    Lyman Cowdery rend visite à Hyrum au sujet d'un poste d’instituteur.

Ce fut « bientôt » après que Lucy fut rentrée de sa visite chez Joseph que Lyman Cowdery rendit visite à Hyrum (qui était l'un des principaux administrateurs de l'école) pour se porter candidat pour un poste d’instituteur. [REH 180]

Dimanche 23 novembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 4:25, Harmony)
Lundi 24 novembre 1828 Manchester    L Cowdery s’engage comme instituteur pendant 16 semaines.

Je compte quatre jours pour la convocation d’une réunion des administrateurs et l’examen de la question.
« Une réunion des administrateurs a été convoquée et il a été convenu M. Cowdery serait engagé. » [REH 180]

Dans son livre sur Oliver Cowdery, Stanly Gunn dit :

« Les cours devaient se donner pendant seize semaines et avoir lieu dans l’école de rondins qui était à un kilomètre et demi à l'est de la vieille maison de Joseph Smith, père, sur la vieille « Plank Road » où la petite école en galets de roche d'Armington se trouve maintenant. » [OC 29]

Mais l'école où Oliver Cowdery devait enseigner n'était pas l'école d'Armington (District 10), mais plutôt l'école de Stafford (District 11), à environ deux kilomètres et demi au sud de la ferme de Joseph Smith, père.

« L'emplacement de l’école de district est situé du côté ouest de la route de Stafford à un kilomètre et demi environ du carrefour des routes de Stafford et d'Armington. L’école du district était située sur l'emplacement actuellement occupé par l’école en pierre construite plus tard. L’ancienne école en bois (du temps de Joseph) fut déplacée et intégrée à la maison située directement au sud de l'école de pierre. » [OMP 113-114]

Mardi 25 novembre 1828 Manchester    Oliver Cowdery va remplacer L Cowdery comme instituteur.

« Mais le lendemain, ce M. Cowdery amena son frère Oliver aux administrateurs et leur demanda de le recevoir à sa place, car il s’était présenté des affaires qui allaient l'obliger à les décevoir. Mais il garantissait la prospérité de l'école dans des mains d'Oliver si les administrateurs acceptaient ses services. » [REH 180]

Oliver demanda à prendre pension chez Joseph Smith, père, dès que son remplacement de Lyman Cowdery serait accepté. [REH 180]

Dimanche 30 novembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 7:3, Harmony)
Lundi 1er décembre 1828 Manchester    O Cowdery commence 16 semaines d'enseignement à l’école.

Je considère que la période de cours de 16 semaines a commencé le lundi 1er décembre 1828 et, avec le congé de Noël, s’est terminée le vendredi 27 mars 1829. Terminer les cours une semaine plus tard (le 3 avril) ne donnerait pas à Oliver assez de temps pour arriver chez Joseph Smith à Harmony pour le 5 avril.

Dimanche 7 décembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 8:4, Harmony)
Dimanche 14 décembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 10:1, Harmony
Dimanche 21 décembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 11:18, Harmony)
Lundi 22 décembre 1828 Manchester    O Cowdery, pas de cours, semaine de Noël.
Dimanche 28 décembre 1828
(Traduction jusqu’à Mosiah 12:29, Harmony)
Dimanche 4 janvier 1829
(Traduction jusqu’à Mosiah 14:5, Harmony)
Dimanche 11 janvier 1829
(Traduction jusqu’à Mosiah 15:29, Harmony)
Dimanche 18 janvier 1829
(Traduction jusqu’à Mosiah 18:3, Harmony)
Dimanche 25 janvier 1829
(Traduction jusqu’à Mosiah 19:9, Harmony)
Mardi 27 Janvier 27 1829, Palmyra    J Smith, père, et Samuel quittent Palmyra pour la Pennsylvanie.

Cette date a été choisie afin de les faire arriver chez Joseph Knight le 31 janvier 1829.

Mercredi 28 janvier 1829 [voyage]
Jeudi 29 janvier 1829 [voyage]
Vendredi 30 janvier 1829 [voyage]
Samedi 31 janvier 1829, Pennsylvanie    J Smith, père, et Samuel arrivent chez Joseph Knight.

Joseph Knight écrit :

« En janvier son père [de Joseph Smith] et Samuel [Smith] sont venus de Manchester chez moi au moment où j’étais occupé à transporter du bois. Je lui ai dit qu'ils avaient suffisamment voyagé comme cela. J'irais avec mon traîneau et les emmènerais demain. » [JKR 36]

Je déduis de cette réflexion que Joseph Smith, père, et Samuel Smith étaient en route pour voir Joseph et Emma et étaient arrivés en fin de journée à la ferme de Joseph Knight. Les Knight les ont hébergés pour la nuit et les ont escortés le lendemain chez Joseph et Emma.

Dimanche 1er février 1829, Harmony
(Traduction jusqu’à Mosiah 21:1, Harmony)    J Smith, père, et Samuel arrivent avec M. Knight chez Joseph

Le récit de Joseph Knight poursuit :

« Je suis descendu et les ai trouvés en bonne santé et ils étaient heureux de nous voir. Nous avons conversé de beaucoup de choses. » [JKR 36]

Lundi 2 février 1829, Harmony    Joseph Knight rentre chez lui.

Le récit de Joseph Knight continue :

« Le matin, j'ai donné au vieil homme un demi dollar et un peu d’argent à Joseph pour acheter du papier pour traduire, n’ayant que peu d’argent sur moi. Le vieux monsieur m'a dit de venir le voir de temps à autre quand je le pouvais. Je suis rentré chez moi et j’ai fait du teaming jusqu'à la fin mars, la glisse étant bonne. » [JKR 36]

Comme je comprends les choses, après une visite agréable, Joseph et Emma ont logé Joseph Knight pour la nuit et avant de prendre le chemin du retour, le lendemain matin, il a donné à Joseph Smith, père, un demi dollar et à Joseph Smith, fils, un peu d'argent pour acheter du papier pour l'aider à continuer la traduction.

Mercredi 4 février 1829, Harmony    Réception de D&A 4 pour Joseph Smith, père.

J'ai choisi une date située vers le milieu d’un séjour typique d’une semaine.

Dimanche 8 février 1829, Harmony
(Traduction jusqu’à Mosiah 22:6, Harmony)    J Smith, père, et Samuel quittent Harmony pour rentrer chez eux.

Ceci tient compte d'un séjour d'une semaine après l'arrivée avec des provisions.
Lundi 9 février 1829 [voyage]
Mardi 10 février 1829 [voyage]
Mercredi 11 février 1829 [voyage]
Jeudi 12 février 1829, Manchester    J Smith, père, et Samuel arrivent chez eux à Manchester.

Je considère encore une fois que le voyage a duré quatre jours.

Dimanche 8 mars 1829, Harmony
(Traduction jusqu’à Mosiah 27:33, Harmony)    Réception de D&A 5.

Cette date a été choisie pour permettre l’achèvement du livre de Mosiah deux semaines environ avant l'arrivée d'Oliver Cowdery. D&A 5 spécifie que Joseph doit encore traduire « quelques pages » et puis s'arrêter un certain temps. Les « quelques pages » encore à traduire impliquent qu'il y a un point d’arrêt logique que Joseph atteindra après avoir traduit ces quelques pages encore à faire.

« … voici, je te le dis, Joseph, lorsque tu auras encore traduit quelques pages, tu t'arrêteras pendant un certain temps jusqu'à ce que je te donne un nouveau commandement; alors tu pourras traduire de nouveau. Et si tu ne fais pas cela, voici, tu n'auras plus de don et j'enlèverai les choses que je t'ai confiées » [D&A 5:30-31].

J'ai considéré que ce point d’arrêt logique est la fin du livre de Mosiah avec la traduction d’un total de 62 pages. (Pour simplifier les comparaisons, ma définition d'une « page » ici est une page imprimée de l'édition de 1988 du Livre de Mormon.) Le don de traduction avait été rendu à Joseph le 22 septembre 1828 et il dit qu'il avait repris la traduction avec Emma comme secrétaire. Il me semble que quand le Seigneur a dit à Joseph qu’il lui enverrait un secrétaire, c’était parce que les progrès étaient lents, pas parce qu'ils s'étaient arrêtés. Comme on peut le voir dans la chronologie, cette supposition n’a rien d’extraordinaire et on y arrive en postulant un rythme de traduction de trois pages par semaine seulement. Étant donné que Joseph et Oliver vont faire plus tard en moyenne largement plus de six pages par jour, cela se compare avec un total d'une demie journée par semaine à traduire.

J. Christopher Conkling, dans A Joseph Smith Chronology, adopte un point de vue beaucoup plus pessimiste :

« Mars 1829. Martin demande une révélation et Joseph reçoit D&A 5. À ce stade, avec Emma comme secrétaire, Joseph n’a traduit que 16 pages. » [JSC 9]

Je trouve ce calcul indéfendable et je ne vois aucun élément pour le soutenir. Je trouve, au contraire, que quand Emma parle de l’aide qu’elle a apportée à la traduction, cela implique un rôle plus important dans la traduction du livre de Mosiah qu'on ne l’a souvent supposé

« Quand j’écrivais pour J [oseph] S [mith], j’écrivais fréquemment jour après jour, souvent assise à table près de lui pendant qu’il était assis le visage enseveli dans son chapeau contenant la pierre et dictant heure après heure, avec rien entre nous. » [EMD 1:539]

Ajoutez à cela le fait que Reuben Hale, frère d'Emma, a également aidé Joseph dans la traduction pendant cette période, et vous verrez que 62 pages en cinq mois ( ~12 pages par mois) ne semble pas excessif.

« Q. Qui étaient les secrétaires de papa quand il traduisait le Livre de Mormon ? »
« R. Moi, Oliver Cowdery, Martin Harris et mon frère, Reuben Hale. »
Entretien de Joseph Smith III avec Emma Smith, 1879. [EMD 1:541 voir aussi p 537]

Reuben Hale eut 19 ans en 1829 et la seule occasion qu’il eut de participer comme secrétaire fut pendant que les Smith vivaient à côté de la maison des Hale à Harmony. Il est peu probable que Reuben ait encore écrit après l'arrivée d'Oliver Cowdery.

Dimanche 15 mars 15 1829, Harmony    Fin de la traduction du livre de Mosiah.

J’ai obtenu cette date en estimant un arrêt de la traduction pendant quinze jours avant l'arrivée d'Oliver Cowdery. J’ai évalué le rythme de traduction à trois pages par semaine au départ de la date du 26 octobre 1828 jusqu’à la date d'achèvement du 15 mars 1829.

Vendredi 27 mars 1829, Manchester    O Cowdery finit ses 16 semaines comme maître d’école.

Cette date marque la fin de 16 semaines (sans compter la semaine de Noël) à partir du 1er décembre 1829. La date a été calculée comme étant le dernier vendredi, ce qui donnerait encore le temps à Oliver Cowdery d'arriver à Harmony pour le 5 avril 1829. J’ai calculé que le commencement de la période scolaire se situait 16 semaines ouvrées (c à d 17 semaines) avant cela.

Dimanche 29 mars 1829, Harmony    Joseph Knight, père, et sa femme apportent des provisions.

Joseph Knight écrit :

« Je suis rentré chez moi et j’ai fait du teaming jusqu'à la fin mars, la glisse étant bonne. J'ai dit à ma femme que je devais descendre revoir Joseph. ‘Pourquoi pars-tu si tôt’, dit-elle. Je lui dis : ‘Viens avec moi, tu verras.’ Et elle est allée avec moi. Le lendemain matin nous sommes descendus et nous les avons trouvés en bonne santé et heureux de nous voir. Joseph nous a parlé de son travail de traduction et de certaines révélations qu'il avait reçues… » [JKR 36]

Mardi 31 mars 1829, Manchester    O Cowdery et Samuel Smith quittent Manchester pour Harmony.

J'ai compté cinq jours pour le voyage, comme Samuel et Oliver ont probablement marché. Cela n’a peut-être pris que quatre jours, car Lucy dit qu'ils se sont mis en route en avril et qu’Oliver était impatient de rencontrer Joseph Smith, mais comme il faisait mauvais temps, j'ai calculé cinq jours.

« En avril, toutes les affaires de M. Cowdery étant réglées comme il le voulait, Samuel et lui se sont mis en route pour la Pennsylvanie. Depuis pas mal de jours, le temps avait été très humide et désagréable avec des alternances de pluie, de gelée et de dégel, ce qui avait rendu les routes presque impraticables, en particulier au milieu du jour. En dépit de tout cela, il n’était pas question que le vent ou les intempéries arrêtent M. Cowdery, et ils ont persévéré jusqu'à ce qu'ils arrivent chez Joseph, bien que l’un des orteils d’Oliver ait gelé et que Samuel ait beaucoup souffert de la fatigue en route. » [REH 184]

Mercredi 1er avril 1829 [voyage]
Jeudi 2 avril 1829 [voyage]
Vendredi 3 avril 1829 [voyage]
Samedi 4 avril 1829 [voyage]
Dimanche 5 avril 1829, Harmony    Arrivée d’O Cowdery et de Samuel (au crépuscule).

Cette date n'est pas une évaluation, elle est rapportée par Oliver Cowdery.

« Vers le coucher du soleil, le soir du sabbat 5 avril 1829, mes yeux ordinaires ont vu ce frère pour la première fois. Il résidait alors à Harmony, comté de Susquehanna, Pennsylvanie. » [MA 1:14]

Le récit d'Oliver continue :

« Le lundi 6 je l'ai aidé à régler quelques affaires à caractère temporel et le mardi 7, j’ai commencé à écrire le Livre de Mormon. » [MA 1:14]

Du 6 avril 1829 au 16 juin 1829 – Traduction du Livre de Mormon

À partir d’ici, nous passons à une analyse quotidienne de la traduction du Livre de Mormon. Encore une fois, je me base sur un rythme de traduction d’environ 6,5 pages par jour.

Lundi 6 avril 1829        Oliver aide Joseph à régler des affaires.
Mardi 7 avril 1829    Alma 1   
Mercredi 8 avril 1829    Alma 3   
Jeudi 9 avril 1829    Alma 5   
Vendredi 10 avril 1829    Alma 8   
Samedi 11 avril 1829    Alma 10   
Dimanche 12 avril 1829    Alma 13   
Lundi 13 avril 1829    Alma 15   
Mardi 14 avril 1829    Alma 18   
Mercredi 15 avril 1829    Alma 20   
Jeudi 16 avril 1829    Alma 22   
Vendredi 17 avril 1829    Alma 26   
Samedi 18 avril 1829    Alma 29   
Dimanche 19 avril 1829    Alma 31   
Lundi 20 avril 1829    Alma 33   
Mardi 21 avril 1829    Alma 36    D&A 6 [d’après Alma 37?]
Alma 37 a pu être à l’origine de D&A 6.

Dans la recherche d’une date logique à attribuer à D&A 6, la date à laquelle Alma 37 a été traduite se présente comme étant raisonnable. Je présume qu'Oliver Cowdery n’a pas été autorisé à traduire le Livre de Mormon parce que c’était le don de Joseph, mais dans Alma 37, Oliver a pu se rendre compte avec un coup au cœur qu'il y avait d'autres annales antiques que le Seigneur pourrait lui accorder la permission de traduire. Au chapitre 37 d'Alma, Alma confie à son fils Hélaman les annales néphites (v. 2), dont Oliver est en train d’aider Joseph à traduire un abrégé. Hélaman se voit aussi confier les plaques d'airain de Laban (v. 3) qui doivent être préservées et transmises de génération en génération, pour finalement aller « à toutes les nations, tribus, langues et peuples, afin qu'ils connaissent les mystères qui y sont contenus ». Dans D&A 6, Oliver reçoit un don sacré d'en haut, par lequel il « connaît[ra] des mystères qui sont grands et merveilleux; c'est pourquoi tu exerceras ton don pour découvrir des mystères. »

On nous dit dans Alma 37 que le contenu des plaques d'airain a eu une grande valeur pour le peuple néphite et « en [a] convaincu beaucoup de l'erreur de leurs voies et les [a] fait parvenir à la connaissance de leur Dieu… » (v. 8) Dans D&A 6, il est dit à Oliver qu'en exerçant son don, il pourra « en amener un grand nombre à connaître la vérité, oui, ... les convaincre de l'erreur de leurs voies. » (v. 11)

Dans Alma 37, Hélaman obtient aussi la possession des vingt-quatre plaques qui sont préservés par le Seigneur « dans un but sage, lequel but est connu de Dieu » (v. 12) « afin de montrer son pouvoir aux générations futures. » (v. 14) Cette déclaration est répétée au verset 18 et réitérée une troisième fois au verset 19. Au verset 23, le Seigneur dit qu'il préparera pour son serviteur Gazélem « une pierre qui brillera dans les ténèbres de manière à apporter la lumière… »

« Et maintenant, mon fils, ces interprètes ont été préparés afin que s'accomplisse la parole que Dieu a exprimée, disant: Je ferai sortir des ténèbres à la lumière toutes leurs œuvres secrètes et leurs abominations; et à moins qu'ils ne se repentent, je les détruirai de la surface de la terre; et je ferai paraître à la lumière tous leurs secrets et toutes leurs abominations, à toutes les nations qui posséderont plus tard le pays. » [Alma 37:24-25]

Peut-il y avoir un doute qu’Oliver Cowdery se considérait comme l'une des « générations futures » qui « posséderont plus tard le pays » mentionnées par Alma ? Et Joseph Smith n'avait-il pas les interprètes dont Alma parlait ? Et le but des interprètes n’était-il pas de faire paraître ou de traduire toutes ces annales que Dieu avait promis de révéler aux futurs habitants du pays ?

Je crois qu’en arrivant à ce stade de la traduction du Livre de Mormon, Oliver a voulu pouvoir traduire les plaques d'airain de Laban, les vingt-quatre plaques d'or et d'autres annales que le Seigneur avait préservées pour les faire paraître à notre époque. En me basant sur ces suppositions, j'ai estimé que la date de D&A 6 se situait aux environs du 22 avril 1829.

Mercredi 22 avril 1829    Alma 38   
Jeudi 23 avril 1829    Alma 42   
~Vendredi 24 avril 1829    Alma 44    D&A 7 [d’après Alma 45:18-19 ?]
Alma 45:18-19 a pu être à l’origine de D&A 7.

Selon le calendrier proposé, Joseph et Oliver ont dû traduire Alma 45:18-19 à cette date :

« Et lorsqu'il eut fait cela, Alma quitta le pays de Zarahemla, comme pour aller au pays de Mélek. Et il arriva qu'on n'entendit plus jamais parler de lui; nous ne savons rien de sa mort ni de son ensevelissement. »

« Voici, ce que nous savons, c'est que c'était un juste; et le bruit se répandit dans l'Église qu'il avait été enlevé par l'Esprit, ou enseveli par la main du Seigneur, tout comme Moïse. Mais voici, les Écritures disent que le Seigneur prit Moïse à lui; et nous pensons qu'il a aussi reçu Alma en esprit à lui; nous ne savons donc rien de sa mort ni de son ensevelissement. »

S’ils ont discuté entre eux de ce passage, cela a pu facilement les conduire, comme Joseph le dit d’ailleurs, à une divergence de vues sur le point de savoir si le Seigneur a pris « à lui » Jean le Révélateur.

« Une divergence de vues s’étant produite entre nous au sujet du récit de Jean l'apôtre, mentionné dans le nouveau testament, Jean, vingt et unième chapitre et vingt-deuxième verset, s'il est mort ou s'il est resté. Nous sommes mutuellement convenus de régler la question par l'urim et le thummim et ce qui suit est la parole que nous avons reçue… [D&A 7] » [PJS 1:289 ; voir HC 1:35-36]

Il y a d'autres versets dans le Livre de Mormon qui pourraient avoir été à l’origine de D&A 7, comme l'histoire des trois disciples auxquels il est permis de demeurer à la fin de 3 Néphi, mais aucun qui s'intègre aussi aisément dans la chronologie actuelle.

Samedi 25 avril 1829    Alma 46   
Dimanche 26 avril 1829    Alma 49   
Lundi 27 avril 1829    Alma 51    D&A 8 ?
Mardi 28 avril 1829    Alma 54   
Mercredi 29 avril 1829    Alma 56    D&A 9 ?
Jeudi 30 avril 1829    Alma 59   
Vendredi 1er mai 1829    Alma 62   
Samedi 2 mai 1829    Hélaman 1   
Dimanche 3 mai 1829    Hélaman 3   
Lundi 4 mai 1829    Hélaman 5   
Mardi 5 mai 1829    Hélaman 8   
Mercredi 6 mai 1829    Hélaman 11   
Jeudi 7 mai 1829    Hélaman 13   
Vendredi 8 mai 1829    3 Néphi 1   
Samedi 9 mai 1829    3 Néphi 4   
Dimanche 10 mai 1829    3 Néphi 7   
Lundi 11 mai 1829    3 Néphi 12   
Mardi 12 mai 1829    3 Néphi 16   
Mercredi 13 mai 1829    3 Néphi 19   
Jeudi 14 mai 1829    3 Néphi 21   
Vendredi 15 mai 1829    3 Néphi 27    D&A 13 [d’après 3 Néphi 27:19-20]

3 Néphi 27 a probablement été à l’origine du rétablissement de la Prêtrise d'Aaron, D&A 13.

Ce n’est pas par coïncidence que 3 Néphi 27 a été traduit à cette date. Le 15 mai est la date du rétablissement de la Prêtrise d'Aaron et il me semble que le commandement publié dans ces versets est ce qui a causé la prière concernant le baptême.

« Et rien d'impur ne peut entrer dans son royaume; c'est pourquoi, rien n'entre dans son repos, si ce n'est ceux qui ont lavé leurs vêtements dans mon sang, à cause de leur foi, et du repentir de tous leurs péchés, et de leur fidélité jusqu'à la fin.

« Or, voici le commandement: Repentez-vous, toutes les extrémités de la terre, et venez à moi, et soyez baptisées en mon nom, afin d'être sanctifiées par la réception du Saint-Esprit, afin de vous tenir sans tache devant moi au dernier jour. [3 Néphi 27:19-20]

Il y a d'autres versets dans le Livre de Mormon qui auraient pu inciter Joseph et Oliver à poser la question du baptême, mais aucun d’entre eux ne répond aussi bien aux descriptions faites par Joseph et Lucy Smith que celui-ci.

Lucy décrit l'événement comme suit :

« Mais un matin ils se sont assis pour faire leur travail habituel quand la première chose qui s'est présentée à Joseph a été un commandement de Dieu que lui et Oliver devaient se rendre dans l'eau et que chacun d’eux devait être baptisé. » [REH 185]

Le récit de Joseph ne mentionne aucun « commandement » mais bien la rémission des péchés.

« Nous continuions toujours la traduction quand, le mois suivant [mai mille huit cent vingt-neuf] nous nous rendîmes un certain jour dans les bois pour prier et consulter le Seigneur en ce qui concerne le baptême pour la rémission des péchés que nous trouvions mentionné dans la traduction des plaques. » [PJS 1:290 ; voir HC 1:39]

J’ai donc spécifiquement adapté le rythme de la traduction pour que la traduction de ces versets coïncide avec cette date.

Oliver Cowdery utilise aussi le mot « commandement » quand il décrit l'événement, mais le mot désigne presque certainement le commandement de Jean-Baptiste qu'ils se baptisent mutuellement.

« … nous attendions seulement de recevoir le commandement: ‹Levez-vous et soyez baptisés.› » [JSH 1:71, note]

Samedi 16 mai 1829    4 Néphi   
Dimanche 17 mai 1829    Mormon 2   
Lundi 18 mai 1829    Mormon 6   
Mardi 19 mai 1829    Mormon 9   
Mercredi 20 mai 1829    Éther 2   
Jeudi 21 mai 1829    Éther 6   
Vendredi 22 mai 1829    Éther 10   
Samedi 23 mai 1829    Éther 12   
Dimanche 24 mai 1829    Éther 15   
Lundi 25 mai 1829    Moroni 7    Baptême de Samuel H. Smith.

Il semble bien que tout le temps disponible n’était pas consacré à la traduction, car Joseph écrit qu'ils ont passé un certain temps à convertir Samuel et d'autres.

« Vers ce moment-là, mon frère Samuel H. Smith est venu nous rendre visite. Nous l'avons informé de ce que le Seigneur était sur le point de faire pour les enfants des hommes ; et nous avons raisonné avec lui d’après la Bible … Le résultat a été qu'il a obtenu la révélation pour lui-même de manière suffisante pour le convaincre de la véracité de nos affirmations et le vingt-cinquième jour de ce même mois où nous avions été baptisés et ordonnés, Oliver Cowdery l'a baptisé. Et il est retourné chez son père, glorifiant et louant considérablement, étant rempli du Saint-Esprit. » [PJS 1:292 ; voir le HC 1:44]

« Nous avons rencontré de temps en temps beaucoup de personnes qui étaient disposées à nous entendre et désireuses de découvrir la vérité telle qu’elle est en Christ Jésus, et apparemment disposées à obéir à l'Évangile une fois suffisamment convaincues et satisfaites dans leur esprit. » [PJS 1:294 ; voir HC 1:51]

Ceci n’apparaît pas dans le calendrier, puisque les dates données constituent un rythme de traduction, pas des dates précises. Si rien n’était fait certains jours, on traduisait davantage d'autres jours.

Mardi 26 mai 1829    Moroni 10   
Mercredi 27 mai 1829    Page de titre    Réception de D&A 10:6-70 ?

C’est maintenant que le reste de D&A 10 prend son importance. Joseph a mené à bien les instructions qui lui ont été données le 22 septembre, « continue de manière à terminer le reste du travail de traduction que tu as commencé. » (v. 3) Quand il demande ce qu'il doit faire maintenant, le Seigneur lui dit qu'il ne doit pas retraduire la partie de la traduction qui a été perdue, parce qu'elle a été modifiée depuis par des hommes mauvais. Au lieu de cela, Joseph doit traduire le récit contenu dans les plaques de Néphi, qui est le récit plus complet de ce qui a été perdu. Il me paraît logique que cette partie de la section 10 n'ait pas été révélée avant que la traduction d'Alma à Moroni soit terminée.

Jeudi 28 mai 1829        Réception de D&A 11 ?

Je présente D&A 11 comme étant reçue vers cette date à l’intention de Hyrum Smith, parce que le calendrier théorique montre qu'ils venaient tout juste de traduire Moroni 10, qui contient plusieurs comparaisons intéressantes avec D&A 11 :

1. D&A 11 parle du Livre de Mormon comme étant en cours de traduction.
« Oui, attache-toi à moi de tout ton cœur, afin d'aider à amener à la lumière ces choses dont il a été parlé, oui, la traduction de mon ouvrage; sois patient jusqu'à ce que tu l'aies accomplie. » (v. 19) « Mais maintenant, garde le silence; étudie ma parole qui est allée parmi les enfants des hommes, et étudie aussi ma parole qui s'en ira parmi les enfants des hommes, ou ce qui est maintenant en cours de traduction; oui, jusqu'à ce que tu aies obtenu tout ce que j'accorderai aux enfants des hommes en cette génération, et alors toutes choses y seront ajoutées. » (v. 22)

2. Dons de l'Esprit :
[Moroni 10:9-17] Car voici, à l'un est donné, par l'Esprit de Dieu, d'enseigner la parole de sagesse ; et à un autre, d'enseigner la parole de connaissance par le même Esprit; et à un autre… [la] foi… [la] guérison… [les] miracles … prophétiser … voir les anges… [les] langues… l’interprétation… Et tous ces dons viennent par l'Esprit du Christ; et ils viennent à tous les hommes, séparément, selon sa volonté.
.
[D&A 11:10] Voici, tu as un don, ou plutôt tu auras un don, si tu le désires de moi avec foi, d'un cœur honnête…

3. La connaissance par l'Esprit :
[Moroni 10:5] Et par le pouvoir du Saint-Esprit, vous pouvez connaître la vérité de toutes choses.
[D&A 11:13-14] En vérité, en vérité, je te le dis, je te donnerai de mon Esprit, ce qui éclairera ton intelligence, ce qui remplira ton âme de joie; et alors, tu connaîtras, ou, par là tu connaîtras toutes les choses que tu désires de moi.

4. Ne niez pas l'Esprit :
[Moroni 10:7, 8] Je vous exhorte à ne pas nier le pouvoir de Dieu; car il agit par le pouvoir, selon la foi des enfants des hommes, le même aujourd'hui, et demain, et à jamais. Et en outre, je vous exhorte, mes frères, à ne pas nier les dons de Dieu, car ils sont nombreux.
[D&A 11:25] Ne nie pas l'esprit de révélation, ni l'esprit de prophétie, car malheur à celui qui nie ces choses.

Vendredi 29 mai 1829        Réception de D&A 12 ?

« Vers ce même moment, un vieux monsieur vint nous rendre visite et je souhaite faire une mention honorable de son nom : M. Joseph Knight, père, de Colesville, comté de Broome, New York [le MS dit « Penn. »] qui, ayant entendu parler de la façon dont nous occupions notre temps, nous apporta très gentiment et avec beaucoup de considération une quantité de provisions pour que nous ne soyons pas interrompus dans le travail de traduction par le manque de ces besoins de la vie de tous les jours : et je tiens à dire ici (j’estime que c’est un devoir) qu’il nous a apporté plusieurs fois des provisions (une distance d’au moins cinquante kilomètres) qui nous ont permis de continuer le travail que nous aurions sinon dû abandonner un certain temps. »

Comme il était vivement désireux de connaître son devoir quant à cette œuvre, j’ai consulté le Seigneur pour lui et j’ai obtenu ce qui suit … [D&A 12] » [PJS 1:292-293; voir HC 1:47-48]

Samedi 30 mai 1829, Harmony        Début du déménagement vers la ferme Whitmer.
Dimanche 31 mai 1829 [voyage]
Lundi 1er juin 1829 [voyage]
Mardi 2 juin 1829, Fayette        Arrivée à la ferme Whitmer
Du 3 juin 1829 au 25 juin 1829, traduction des petites plaques de Néphi
Mercredi 3 juin 1829    1 Néphi 1:1    Écriture d’Oliver Cowdery
Jeudi 4 juin 1829    1 Néphi 3:9    O Cowdery & [J Whitmer ?]

Dans une première évaluation de l'écriture sur les manuscrits du Livre de Mormon, Dean Jessee a avancé l’idée que l'écriture du secrétaire inconnu de ces pages contenant 1 Néphi 2:23 à 4:2-20 et 1Néphi 12:8 à 16:14 était probablement celle de John Whitmer [OBMM p 273].

Vendredi 5 juin 1829    1 Néphi 4:20    Main inconnue
Samedi 6 juin 1829    1 Néphi 8:24    Main inconnue
Dimanche 7 juin 1829    1 Néphi 12:18    Écriture de John Whitmer ?
Lundi 8 juin 1829    1 Néphi 14:1    Écriture de John Whitmer ?

La découverte la plus récente de parties de pages du manuscrit original du Livre de Mormon a été l'acquisition en 1973 par l'université d'Utah d'une demi-page qui faisait partie de la collection de Frederick Kestler. Dans sa description de ce manuscrit, Everett Cooley, alors conservateur des collections spéciales de l'université d’Utah, écrit :
« Cependant, de tous les objets de la collection Kestler, le premier prix revient à une page du manuscrit du Livre de Mormon (1 Néphi 14) de la main de David Whitmer. » [FKC 224] Quand je lui ai posé la question, Dean Jessee m'a informé que parce que le manuscrit de 1 Néphi 14 a été acquis par l'université d'Utah après les recherches qu’il avait faites sur les pages manuscrites du Livre de Mormon, il n'avait participé à aucune évaluation de l'écriture. Je me suis donc procuré une photocopie de la page en question et j’ai demandé à Dean Jessee de l'examiner. Son évaluation est que l'écriture n'est à coup sûr pas celle de David Whitmer. Dean Jessee est absolument certain que l'écriture est celle de la même personne (secrétaire inconnu n° 1) dont il avait dit à l’origine que ce pourrait être celle de John Whitmer. Il y a un certain nombre de ressemblances entre l'écriture en question et l'écriture connue de John Whitmer. Cependant, il y a aussi quelques différences distinctes, ce qui laisse l'identification peu probable à moins que l’on puisse obtenir davantage de l'écriture de John Whitmer pour une évaluation plus complète.

Mardi 9 juin 1829    1 Néphi 16    Écriture d’Oliver Cowdery
Mercredi 10 juin 1829    1 Néphi 17   
Jeudi 11 juin 1829    1 Néphi 20    Enregistrement du copyright du Livre de Mormon à Palmyra

« Entre-temps, notre traduction touchant à sa fin, nous sommes allés à Palmyra, comté de Wayne, N.Y : Obtenu le copyright et convenu avec M. Egbert Grandin d’imprimer cinq mille exemplaires pour la somme de trois mille dollars. » [PJS 1:300 ; voir le HC 1:71]

L'enregistrement du copyright du Livre de Mormon existe et porte la date du 11 juin 1829. La description du Livre de Mormon sur le formulaire d’enregistrement est tirée de la page de titre du Livre de Mormon, que Joseph dit être une traduction littérale « tirée de la toute dernière feuille, du côté gauche du recueil ou livre de plaques » (voir PJS 1:300 et HC 1:71-72). Joseph Smith clarifie ce qu’il entend par « toute dernière feuille » en spécifiant qu'elle était du côté gauche du « livre » de plaques. Ceci veut dire que c’était la toute dernière feuille comme on l’entend dans les langues sémitiques, dans lesquelles les livres se lisent de droite à gauche. Elle devait se trouver à l’endroit que nous considérerions comme la première page dans notre langue, selon notre façon de lire. C'est une indication que la traduction du livre de Moroni (et de la page de titre qui devait le suivre) avait été faite avant cette date et que les petites plaques de Néphi n'étaient pas fixées au dos de l’abrégé de Mormon.

Vendredi 12 juin 1829    2 Néphi 1   
Samedi 13 juin 1829    2 Néphi 2    Réception de D&A 14, 15, 16 ?

En recherchant une date plausible pour D&A 14 (pour David Whitmer), 15 (pour John Whitmer) et 16 (pour Peter Whitmer), il semble raisonnable que des révélations personnelles à des individus (frères) aient pu être désirées après la traduction de cette partie du Livre de Mormon où les bénédictions de Léhi à ses fils sont relatées (c.-à-d. 2 Néphi 1:28-3:25)

Dimanche 14 juin 1829    2 Néphi 5   
Lundi 15 juin 1829    2 Néphi 9   
Mardi 16 juin 1829    2 Néphi 10   
Mercredi &è juin 1829    2 Néphi 15   
Jeudi 18 juin 1829    2 Néphi 20   
Vendredi 19 juin 1829    2 Néphi 25   
Samedi 20 juin 1829    2 Néphi 27    Les trois témoins spécifiés

« C'est pourquoi, le jour où le livre sera remis à l'homme dont j'ai parlé, le livre sera caché aux yeux du monde, de sorte que les yeux d'aucun homme ne le verront, si ce n'est que trois témoins le verront par le pouvoir de Dieu, en plus de celui à qui le livre sera remis; et ils témoigneront de la vérité du livre et des choses qui s'y trouvent. »

« Et il n'y aura personne d'autre qui le verra, si ce n'est un petit nombre, selon la volonté de Dieu, pour rendre témoignage de sa parole aux enfants des hommes; car le Seigneur Dieu a dit que les paroles des fidèles parleraient comme si elles venaient des morts. » [2 Néphi 27:12-13]

Dimanche 21 juin 1829    2 Néphi 30   
Lundi 22 juin 1829    Jacob 1    Réception de D&A 17 ?

« Presque immédiatement après que nous avons fait cette découverte, il est venu à l’esprit d’Oliver Cowdery, de David Whitmer et du Martin Harris précité (qui était venu voir où nous en étions) de me faire consulter le Seigneur pour savoir s’ils ne pourraient pas obtenir de lui d’être ces trois témoins spéciaux ; et ils sont devenus si pressants et m'ont tellement ennuyé que j’ai fini par m’exécuter et par l'urim et le thummim, j'ai obtenu du Seigneur pour eux la révélation suivante. … [D&A 17] » [PJS 1:295; voir HC 1:52-53]

Mardi 23 juin 1829    Jacob 4   
Mercredi 24 juin 1829    Jacob 5:50   
Jeudi 25 juin 1829    Énos/Jarom/Omni    Les trois témoins voient l'ange et les plaques

Lucy situe la vision de l'ange et des plaques par les trois témoins après la fin de la traduction du Livre de Mormon, mais le récit de Joseph montre qu’il y a encore eu de la traduction après l’apparition de Moroni aux trois témoins. Lucy dit que le matin, après le petit déjeuner et le service religieux matinal quotidien qui le suivait (lecture, chant et prière), ils sont allés dans un bosquet à une courte distance de la maison. Ils en sont revenus entre 3 et 4 heures de l'après-midi, donc même si on laisse du temps pour la prière préparatoire et la discussion qui a suivi, la vision a dû durer plus de quatre heures.

Vendredi 26 juin 1829, Fayette    J Smith quitte Fayette pour Manchester.
Samedi 27 juin 1829 [Voyage]
Dimanche 28 juin 1829, Manchester    Les huit témoins voient les plaques.

Lucy écrit que le jour qui a suivi l'expérience des trois témoins, ils sont rentrés chez eux à Manchester et qu'au bout de quelques jours ils ont été suivis par Joseph, Oliver et les Whitmer pour une visite. Comme le dimanche semble être un jour particulièrement approprié pour une visite, j'ai choisi le seul dimanche restant en juin. C’est pendant cette visite, à Manchester, que les huit témoins ont vu et ont manipulé les plaques. Après que les témoins sont revenus à la maison, l'ange est encore apparu à Joseph, sur quoi Joseph a remis les plaques à ses soins. [Voir REH 203]
________________________________________

SOURCES
Les références d’Écriture sont citées de la façon habituelle. J'ai utilisé les abréviations suivantes pour citer ou mettre en référence d'autres ouvrages.
APA
Max H. Parkin, "A Preliminary Analysis of the Dating of Section 10", The Seventh Annual Sidney B. Sperry Symposium, The Doctrine and Covenants, Brigham Young University, 1979, pp 68-84.
ATP
Stanley B. Kimball, "The Anthon Transcript: People, Primary Sources, and Problems", Brigham Young University Studies, 10:3 pp 325-352.
ATT
David E. Sloan, "The Anthon Transcripts and the Translation of the Book of Mormon: Studying it Out in the Mind of Joseph Smith." Journal of Book of Mormon Studies, 5:2, pp 57-81, 1996.
BoC
Book of Commandments of the Church of Christ.
CHC
Brigham H. Roberts, A Comprehensive History of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 6 volumes, Deseret News Press.
CM
Royal Skousen, "Critical Methodology and the Text of the Book of Mormon," Review of Books on the Book of Mormon, vol 6, no 1, pp 121-144.
DWI
Lyndon W. Cook, David Whitmer Interviews, Grandin Book Company, 1991.
EMD
Dan Vogel editor, Early Mormon Documents, Signature Books, vol 1, 1996.
FKC
Everett Cooley, "The Frederick Keller Collection", Brigham Young University Studies, 13:2, (Winter 1973), pp223-224.
HC
Brigham H. Roberts ed., History of the Church, Deseret News Press, 7 volumes.
HJS
Preston Nibley ed. History of Joseph Smith by his Mother, Lucy Mack Smith, Bookcraft, 1958.
JKR
Dean Jessee, "Joseph Knight's Recollection of Early Mormon History", Brigham Young University Studies, 17:1, autumn 1976, pp 29-39.
JSBM
Richard L. Bushman, Joseph Smith and the Beginnings of Mormonism, University of Illinois Press, 1984.
JSC
J. Christopher Conkling, A Joseph Smith Chronology, Deseret Book, 1979.
JSFM
Donna Hill, Joseph Smith The First Mormon, Doubleday, 1977.
MA
Latter Day Saints' Messenger and Advocate, Monthly Periodical, Kirtland, Ohio, 1834-1837.
MHS
Madge Harris Tuckett and Belle Harris Wilson, The Martin Harris Story, Vintage Books, 1983.
MMM
Stanly B. Kimball, "Missouri Mormon Manuscripts: Sources in Selected Societies," Brigham Young University Studies, 14:4, Summer 1974, pp458-487.
OBMM
Dean C. Jessee, "The Original Book of Mormon Manuscript," Brigham Young University Studies, 10:3, Spring 1970, pp259-278.
OC
Stanley R. Gunn, Oliver Cowdery, Second Elder and Scribe, Bookcraft, 1962.
OCNY
Larry C. Porter, "Origins of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in New York and Pennsylvania", Ph.D Dissertation, Brigham Young University, 1971.
OMP
Richard Neitzel Holzapfel and T. Jeffery Cottle, Old Mormon Palmyra and New England, Fieldbrook Productions Inc., 1991.
PJS
Dean C. Jessee editor, The Papers of Joseph Smith, Deseret Book Company; vol 1, 1989; vol 2, 1992.
REH
Scot Facer Proctor and Maurine Jensen Proctor editors, The Revised and Enhanced History of Joseph Smith By His Mother, Bookcraft, 1996.
TBM
John W. Welch and Tim Rathbone, "The Translation of the Book of Mormon: Basic Historical Information," FARMS, 1986, 65p.
TM
Joel Tiffany, "Mormonism," Tiffany's Monthly, New York, 1859.


l Accueil l Écritures l Livres l Magazines l Études l Médias l Art l